La viande cultivée en laboratoire est-elle casher ou halal ?

  • Étonnamment, ce n'est pas aux Etats-Unis, pays du boom de la tech dans la Silicon Valley, que la viande alternative connaît son essor, mais en Israël.
    Étonnamment, ce n'est pas aux Etats-Unis, pays du boom de la tech dans la Silicon Valley, que la viande alternative connaît son essor, mais en Israël. anyaivanova / Getty Images
Publié le

(ETX Studio) - Alors qu'Israël se positionne comme la terre promise de la viande alternative, des questions éthiques se posent autour de cette nouvelle catégorie de nourriture et particulièrement sur l'aspect des restrictions alimentaires. La viande cultivée en laboratoire est-elle casher ? Éléments de réponse.

Pour éviter la souffrance animale et minimiser l'impact environnemental de la production de viandes, nombreuses sont les startups à se positionner sur la production de viandes alternatives. Certaines commencent à être connues, comme les américains Beyond Meat ou Impossible Food. Elles utilisent toutes deux des plantes pour imiter la texture de la viande. D'autres ont choisi une autre alternative : celle d'utiliser des fibres musculaires provenant de cellules-souches d'animaux et de les élever "en steak" en laboratoire. Le marché mondial de substituts de viande a été évalué à 1,64 million des dollars in 2021, et devrait atteindre 7,2 milliards de dollars d'ici 2026, selon Allied Market Research, une société d'études de marché et de conseil.

Israël, terre promise de la viande alternative

Étonnamment, ce n'est pas aux Etats-Unis, pays du boom de la tech dans la Silicon Valley, que la viande alternative connaît son essor, mais en Israël. Selon Nir Goldstein, directeur général de The Good Food Institute Israël, il existe plus de 50 startups de viandes alternatives dans le pays, soit proportionnellement beaucoup plus que dans n'importe quel autre pays. Interrogé par la magazine Wired, il explique que ce secteur d'innovation est tellement soutenu, qu'aucune start up positionnée sur le secteur des "alt-protéines", les protéines alternatives, n'a eu de difficultés à lever des fonds pour soutenir son projet. Et, preuve de l'engouement de ce secteur de la foodtech, Israël compte deux incubateurs perfectionnés dans le domaine : The Kitchen, créé par le leader israélien de l'alimentaire Strauss, et Fresh Start.

Viande in vitro : casher ou pas ?

Alors qu'Israël se positionne comme le fleuron de la viande alternative, le développement de ce type de protéines va de paire avec des questions éthiques. Et notamment si l'on peut considérer ces viandes comme casher. Pour le rabbin Joel Kenigsberg, il est encore trop pour la communauté juive de se prononcer sur le sujet. Celui qui est aussi chercheur s'intéresse à l'application des textes sacrés avec les nouvelles technologies. Dans le podcast "Cultured Meat and Future Food Podcast", l'officiant explique au micro d'Alex Shirazi, que l'essor de la culture de la viande en laboratoire soulève de nombreuses questions : quelle est l'origine des cellules ; proviennent-elles d'espèces casher ? ; L'animal était-il vivant lorsque les cellules ont été prélevées ? ; Y a-t-il eu un rituel ?. Sans pencher vers le oui, Joel Kenigsberg, émet l'avis que c'est l'intérêt environnemental de la consommation de tels produits qui doit primer par rapport à la viande traditionnelle.

Casher et parvé, même pour le porc

Le steak in vitro n'est pas le seul à se poser la question du casher. Chez Redefined Meat, on imprime des steaks à base de plantes. Des légumineuses ou des céréales, explique M. Ben-Shitrit, CEO de l'entreprise israélienne, à The Times of Israël. L'entreprise est capable de reproduire du boeuf, mais le procédé peut tout aussi bien marcher pour du steak végétal goût poulet, porc ou agneau qui pourraient donc être, selon les lois juives, casher. Un concept étonnant sur lequel ne souhaite pas miser, pour le moment, Redefined Meat qui se concentre sur le bœuf.

Pour l'instant, le sujet n'est pas encore posé pour le halal, mais il fera l'objet des mêmes questions. 

En tout état de cause, l'agriculture cellulaire n'échappera pas aux questions éthiques et religieuses de la culture de viande.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?