La technologie au secours de la vétusté des ponts

Abonnés
  • Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, entouré notammentde la préfète ValérieMichel-Moreaux, du sénateur Alain Marc et d’Emmanuelle Gazel, maire de Millau.
    Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, entouré notammentde la préfète ValérieMichel-Moreaux, du sénateur Alain Marc et d’Emmanuelle Gazel, maire de Millau. ML
Publié le

Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports, était, hier, au viaduc de Millau pour présenter trois des 17 lauréats retenus à l’appel à projet lié au plan "Ponts connectés".

C’est une idée originale, et surtout en phase avec son temps : faire appel aux nouvelles technologies pour détecter les ponts les plus vétustes et y remédier. C’est l’idée du plan "Ponts connectés", qu’est venu rappeler, hier matin, au viaduc de Millau, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports.

Il a également annoncé que 17 lauréats avaient été sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets qui y est associé. Des grands groupes, mais également des start-up, qui bénéficient d’une enveloppe de 4 M€ à se partager pour avoir le mérite de proposer des solutions dans la lutte contre la vétusté des ponts en France.

"Notre pays dispose de compétences"

"La plupart des ponts existants aujourd’hui dans notre pays datent de la Seconde Guerre Mondiale. Ils ont été conçus il y a plus de 75 ans. Beaucoup n’ont pas toujours fait l’objet de suivis, même si on connaît l’état des plus récents, comme le viaduc de Millau, mis en service en 2004", a commenté le ministre. Pour qui le plan "Ponts connectés" vise à "agir sur la prévention des risques liés à la vétusté et à développer des solutions grâce aux outils de nouvelles technologies aujourd’hui matures".

La catastrophe du pont Morandi, à Gênes, en août 2018, puis celle d’un pont dans le Tarn, en 2019, sont venues rappeler l’impérieuse nécessité de répondre aux défis générés par le vieillissement des infrastructures.

Alors ministre de l’Écologie, Jean-Louis Borloo, présent d’ailleurs hier en visioconférence de Paris, avait déjà initié l’idée d’un plan destinée à renforcer la sécurité des ponts. L’idée était alors, comme il l’a rappelé, de "se donner les moyens d’intervention". Le plan "France Relance" a dégagé une enveloppe de 40 M€ dans le cadre du programme national "Ponts".

250 000 ponts sur le territoire national

Une partie, 30 M€, est destinée à accompagner les communes dans la réalisation d‘un diagnostic sur l’état des ponts dont elle a la charge. "Cette somme nous permet de les accompagner dans les études et la mise en place des travaux nécessaires", a précisé Jean-Baptiste Djebbari.

Aujourd’hui, sur les quelque 250 000 ponts qui existent sur le territoire national, seulement 22 000 sont des ouvrages d’art appartenant à l’État. Soit, seulement 10 % environ. Le reste vise à faire émerger des compétences, "d’autant plus que notre pays dispose d’une réputation internationale en matière de génie civil".

IA, drones et réalité augmentée

Les services du Cerema, centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, un établissement public tourné vers l’appui aux politiques publiques, a reçu 39 dossiers de candidatures à l’appel à projets "Ponts connectés". Seuls 17 ont été sélectionnés. Hier, Jean-Baptiste Djebbari a présenté trois d’entre eux, en présence de leurs responsables respectifs.

Ainsi, la société Diades, basée à Paris, a imaginé une méthode d’assistance à l’inspection et à la visite d’ouvrages d’arts par la réalité augmentée et l’intelligence artificielle (IA). La société Sixense, dans les Bouches-du-Rhône, propose une détection de la vétusté via "trois ou quatre capteurs seulement". Quant à Corrosia, basée dans le Nord, elle développe une solution de détection de la vétusté via un drone.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Midi Libre
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

62000 €

Appartement T2 en centre ville d'une surface de 42.38 m² en carrez au 3ème[...]

610000 €

Votre agent Weloge, vous propose à la vente, cette propriété d’exception. T[...]

555 €

N726 Appartement T3 en 4eme et dernier étage d'un immeuble sécurisé situé I[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?