Avec Parcel, Géraldine Boyer et Camille Fabre servent des séjours en plein cœur de la nature

Abonnés
  • Géraldine Boyer et Camille Fabre sont sur la même longueur d’onde pour "proposer des séjours hors du temps, une initiation au tourisme écoresponsable".	DR
    Géraldine Boyer et Camille Fabre sont sur la même longueur d’onde pour "proposer des séjours hors du temps, une initiation au tourisme écoresponsable". DR
  • La première tiny house livrée par Parcel s'est posée chez Véronique et Pascal Bourrigaud, un domaine viticole bio au coeur des vignes de Saint-Emilion, dans le Bordelais.
    La première tiny house livrée par Parcel s'est posée chez Véronique et Pascal Bourrigaud, un domaine viticole bio au coeur des vignes de Saint-Emilion, dans le Bordelais. DR
  • La première tiny house livrée par Parcel s'est posée chez Véronique et Pascal Bourrigaud, un domaine viticole bio au coeur des vignes de Saint-Emilion, dans le Bordelais.
    La première tiny house livrée par Parcel s'est posée chez Véronique et Pascal Bourrigaud, un domaine viticole bio au coeur des vignes de Saint-Emilion, dans le Bordelais. DR
  • La première tiny house livrée par Parcel s'est posée chez Véronique et Pascal Bourrigaud, un domaine viticole bio au coeur des vignes de Saint-Emilion, dans le Bordelais.
    La première tiny house livrée par Parcel s'est posée chez Véronique et Pascal Bourrigaud, un domaine viticole bio au coeur des vignes de Saint-Emilion, dans le Bordelais. DR
  • La première tiny house livrée par Parcel s'est posée chez Véronique et Pascal Bourrigaud, un domaine viticole bio au coeur des vignes de Saint-Emilion, dans le Bordelais. La première tiny house livrée par Parcel s'est posée chez Véronique et Pascal Bourrigaud, un domaine viticole bio au coeur des vignes de Saint-Emilion, dans le Bordelais.
    La première tiny house livrée par Parcel s'est posée chez Véronique et Pascal Bourrigaud, un domaine viticole bio au coeur des vignes de Saint-Emilion, dans le Bordelais. DR
Publié le

Les deux amies trentenaires aveyronnaises, passionnées de voyages, installées à Bordeaux et à Paris, sont ainsi associées dans Parcel. Elles proposent de réserver une tiny house "imaginée comme un pied-à-terre pour découvrir les richesses gastronomiques dont la France regorge". Il est déjà possible de déguster un grand cru des vignes de Saint-émilion et bientôt de profiter d’un havre de paix dans le Limousin. En Aveyron avant fin 2022.

Fabriquée en France (dans le Gard très précisément), construite en bois douglas issu de la forêt éco-sourcée des Landes, cette tiny house, au design recherché, imaginée pour séduire les adeptes du beau et du bon, est une invitation à la "slow life" (une vie au ralenti) et au tourisme écoresponsable. Cette proposition, respectueuse de l’environnement, juste et durable, est aussi "l’ADN de Parcel". Créée à l’automne 2019, cette société est aujourd’hui orchestrée à quatre mains par Géraldine Boyer (qui l’a mise sur orbite) et Camille Fabre. Alors que la première réside à Bordeaux,

la deuxième vit à Paris. Les deux amies trentenaires ont, au moins, deux points en commun : la passion des voyages et des racines aveyronnaises.

Si elle est née à Montélimar, en 1989, d’une mère drômoise, Géraldine Boyer n’a pas oublié toutes les vacances scolaires passées, enfant et adolescente, en Aveyron. Sans oublier les fêtes de Noël en famille avec, selon une expression purement locale, "toute une ribambelle" réunie du côté d’Entraygues, terre natale de son père. "On peut parler d’un bel ancrage, avec aligot et farçous au menu, confirme l’intéressée. J’aime le plateau de l’Aubrac, les valeurs véhiculées par les Aveyronnais : simplicité, authenticité, solidarité, travail…"

Après une école de commerce, après avoir vécu en Australie et en Asie (Singapour et Malaisie), "hyperconnectée et à mille à l’heure", Géraldine Boyer est rentrée en France. Tout d’abord à Paris ("Une idée folle !"), puis en Gironde où elle a suivi les battements de son cœur. Forte de plus de sept ans d’expérience dans le tourisme (ancienne directrice marketing pour le Club Med et Sofitel), elle rêvait alors "d’un endroit pour prendre le temps et pour pouvoir appuyer sur pause dans une vie parfois trop prenante". "Comme je n’ai pas trouvé chaussure à mon pied, je l’ai créé", lâche-t-elle, dans un grand éclat de rire. C’est ainsi qu’est né Parcel. "Je suis restée fidèle à un état d’esprit, insiste la Bordelaise d’adoption. En effet, je voulais un hébergement dans la nature et le concept correspond très bien à ce que j’imaginais. Ce projet est gourmand et il faut faire grandir la marque."

"De nombreux voyages inspirants"

C’est en félicitant son amie Géraldine Boyer que Camille Fabre est entrée dans l’aventure Parcel. "Tout naturellement", souligne celle qui est certes née à Paris, le 29 février 1988, mais dont les racines paternelles ont puisé leurs forces à Saint-Geniez-d’Olt et à Drulhe. Elle continue d’ailleurs de s’accorder "des visites régulières" en Aveyron, à Rodez notamment où vit sa grand-mère. Après des études d’économie et de gestion à La Sorbonne, elle a laissé libre cours aux fourmis qui chatouillaient ses jambes. Elle a goûté à la Pologne, à la Thaïlande, a posé ses valises durant quatre ans à Sydney (Australie), avant de reprendre son tour du monde, qui l’a conduit à Lisbonne (Portugal) puis au Népal, où elle s’est installée dans un temple bouddhiste.

En septembre 2019, l’heure de revenir au pays a sonné et son père lui a alors demandé : "Monte-moi un restaurant !". Elle a donc donné vie à Piadine, au 20 rue Saint-Denis, à Paris. Avant de penser à elle, voulant "retrouver cette sorte de bulle dans laquelle j’avais baigné à l’autre bout de la planète". Parcel en avait les caractéristiques et elle a plongé dans le grand bain, en s’associant donc avec la créatrice. "Ce projet a tellement de sens, je n’ai pas l’impression de travailler, glisse Camille Fabre. J’aime ce lien fort avec la nature et avec aussi la gastronomie."

"Né de la volonté d’offrir un moment de déconnexion pour se recentrer sur les bonnes choses de la vie, Parcel a vu le jour avec la conviction que la simplicité rend bien plus heureux", lâchent, à l’unisson, Géraldine Boyer et Camille Fabre. Elles enchaînent, avec la même synchronisation : "Notre mission est d’œuvrer pour un tourisme déconnecté, durable et responsable. Et de développer une gamme d’hébergements sans impact pour l’environnement et le plus juste pour les acteurs impliqués." Pour chaque nuit passée dans la tiny house, "les propriétaires du site perçoivent une commission, leur permettant de rentabiliser un terrain souvent inutilisé sur leur exploitation, de proposer sur leurs terres un hébergement respectueux de l’environnement".

Une en Aveyron avant fin 2022 !

Quel est le concept ? Très simple : une micro-maison de 15 m2, 100% autonome et entièrement équipée (des panneaux solaires pour s’alimenter en électricité, et un système de récupération et filtration des eaux de pluie pour la douche), des toilettes sèches innovantes pour accueillir deux adultes confortablement. "Il y aura une seule maison par lieu pour rendre l’expérience exclusive, assure Géraldine Boyer. Mais, Parcel n’est pas une chambre d’hôtel classique. Imaginez plutôt une cabane écoresponsable, minimaliste, prenant ses quartiers sur les terres d’exploitants agricoles. Il faut une petite âme d’aventurier pour passer la nuit au cœur de la nature." "Ici, pas de wifi, mais tous les éléments pour se ressourcer lors du séjour, déconnecter et (re)prendre le temps", se réjouit Camille Fabre.

Tandis que la première tiny house a été posée au milieu des vignes de Saint-Emilion, alors que la prochaine doit ouvrir dans quelques jours à la Ferme de Garance, à Magnac-Laval, dans le Limousin, trois autres sont déjà prévues. En Aveyron ? "Pas pour l’instant !, répondent les deux associées. Mais, c’est toutefois dans nos plans. Avant fin 2022."

Site : www.parceltinyhouse.com.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Rui Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?