Course à pied : le flou règne toujours autour du début de la saison en Aveyron

  • Le Bruéjouls Tassou Tour sera-t-il le premier gros rendez-vous de l’année en course à pied ?
    Le Bruéjouls Tassou Tour sera-t-il le premier gros rendez-vous de l’année en course à pied ? Archive Centre Presse
Publié le

Malgré la levée progressive des restrictions annoncée par le président de la République, le monde de la course à pied peine encore à véritablement voir le bout du tunnel.

19 mai. Cette échéance, celle de la deuxième étape dans "l’agenda des réouvertures", a été cochée par les acteurs du monde du sport. C’est en effet à compter de ce jour-là que rouvriront les établissements sportifs de plein air et couverts pour les spectateurs (avec des jauges) et que reprendront les activités sportives dans les lieux couverts et de plein air, avec des protocoles adaptés. Une date qui permettra aux amateurs d’enfin disposer de la possibilité de se projeter et de définir leur calendrier, en phase avec celui établi au sommet de l’État, mais qui ne dissipe pas pour autant tout le flou.

"C’est sûr que c’est une bonne chose mais pour l’heure, il n’y a encore rien de bien marqué et honnêtement, on reste dans le brouillard, tempère Didier Pons, secrétaire du comité départemental de course hors stade (CDCHS). La FFA (fédération française d’athlétisme, NDLR) a une commission qui analyse tout ça et qui s’occupe de définir les règlements mais jusqu’à présent, elle n’a rien publié. En tout cas, il y a pas mal d’organisateurs qui commencent à nous téléphoner pour savoir ce qu’il est possible de faire. Certains, dont les épreuves ont lieu en juin, ont déjà déposé des dossiers auprès des services de la préfecture et attendent une réponse. Je pense que pour la fin du mois de mai, ça va être dur car personne ne sera vraiment prêt, mais en juin, j’ai bon espoir que l’on puisse avoir les premières courses."

Changement d’habitudes

Si l’heure de la reprise approche, cette dernière ne devrait pas donner lieu à un retour au "monde d’avant", du fait des contraintes qui seront encore valables un temps mais également d’un changement dans les mentalités.

"Si l’on doit retrouver une situation similaire à celle de la période d’avant la crise sanitaire, ce ne sera pas avant le début d’année prochaine selon moi, poursuit Didier Pons. Dans tous les clubs et associations, les gens ne vont pas se ruer sur les dossards. Il va y avoir une certaine retenue, qui s’explique par le fait qu’ils ont pris de nouvelles habitudes depuis plusieurs mois, voire découvert d’autres activités. Personnellement, je cours un peu et j’en vois certains qui font de même régulièrement, qui s’entraînent. Ceux-là, on les retrouvera dès le début, mais ceux qui sont un peu moins "aguerris" et qui se sont orientés vers d’autres choses comme le vélo ou la randonnée mettront plus de temps à revenir, pour ceux qui reviendront."

Rendez-vous mi-juin à Bruéjouls ?

Du côté du CDCHS, on veut en tout cas croire à la possibilité que la première manche de l’édition 2021 du challenge départemental soit le Bruéjouls Tassou Tour, le 12 juin (21 kilomètres pour la course prise en compte).

"J’ai eu Grégory Roumec, l’organisateur, au téléphone et lui ai dit de monter le dossier afin d’être prêt, de pouvoir répondre tout de suite s’il avait l’aval des services de la préfecture, confie le responsable. Il ne faut cependant pas se leurrer, il y aura des contraintes, notamment pour ce qui est du repas, mais il faut faire en sorte que les choses reprennent. Il ne faut pas annuler les épreuves mais il ne faut pas non plus en proposer une version au rabais."

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?