Les agriculteurs de demain formés à la ferme d’Ambias

  • Régis, ici devant un tank laitier, a pu enseigner une partie de son savoir-faire au groupe de stagiaires.
    Régis, ici devant un tank laitier, a pu enseigner une partie de son savoir-faire au groupe de stagiaires. L. S.
Publié le

Mardi 4 mai, on pouvait voir plus de monde qu’à l’accoutumée, à Ambias, hameau du Viala-du-Tarn qui offre un magnifique point de vue sur le Tarn. Une des spécialités de la ferme d’Ambias, c’est le fromage de brebis.

La ferme d’Ambias, exploitation familiale bien connue de la population vialaraine, accueillait pour une journée 15 stagiaires, en formation, afin d’obtenir le brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (BPREA). Cette qualification est nécessaire pour mener à bien un projet d’installation. Leur formation a débuté en septembre 2020 et se conclura en juillet 2021. Les 15 stagiaires ont choisi, l’option transformation laitière et leur cursus prévoit une partie pratique, les amenant à visiter plusieurs fermes, en vue de découvrir les procédés de fabrication, le matériel et les notions de microbiologie nécessaires à la fabrication de fromages de brebis, de chèvre et de vache. L’installation est un parcours souvent sinueux.

Partage d’expériences

La formation était assurée, ce jour-là, par Emmanuelle Marbezy et Jean-Claude Gineste.

Emmanuelle Marbezy est formatrice agréée, chargée du conseil en fromagerie. Elle est salariée de la chambre d’agriculture de Rodez et, à ce titre, elle a aussi contribué par le passé à la formation du personnel et des responsables de la ferme d’Ambias. Jean-Claude Gineste a longtemps dirigé cette exploitation administrée, aujourd’hui, par ses fils Mathieu et Olivier. Avec Régis, salarié de l’entreprise, il a détaillé le processus de production des pérails et de la tomme d’Ambias, à un public très attentif, puis il a fait visiter les caves d’affinage. Et bien sûr, la dégustation de quelques spécimens était au programme. À la fin de ce module de formation, les connaissances des stagiaires seront évaluées.

Quels sont leurs projets à l’issue de ce parcours de 10 mois ? Deux de ces apprenties fromagères souhaitent reprendre leurs exploitations familiales. Pour les autres, il n’y a pas de parcours linéaire qui mène à l’installation. "La formation doit me permettre de voir si mon projet professionnel est viable et je serai sans doute salariée agricole dans un premier temps" confie Géraldine. Plusieurs stagiaires pensent l’imiter.

À Ambias, comme ailleurs en Aveyron, exploitation agricole rime avec formation autant qu’avec production.

JDM
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?