Rallye-raid : quand les motards aveyronnais du Dakar passent aux quatre roues

Abonnés
  • Le club des cinq Aveyronnais s’était réuni en stage avant son départ pour l’Andalousie. De gauche à droite : Minaudier, Tressens, Vayssade, Rey et Costes.
    Le club des cinq Aveyronnais s’était réuni en stage avant son départ pour l’Andalousie. De gauche à droite : Minaudier, Tressens, Vayssade, Rey et Costes.
Publié le , mis à jour
Serge Carrière

D’un Dakar à l’autre en passant par l’Espagne. Cinq Aveyronnais disputent le rallye d’Andalousie d’aujourd’hui à dimanche. Revue d'effectif et d'objectifs.

Si Loïc Minaudier est un habitué des quatre roues, il sera accompagné en Andalousie par Lionel Costes et Florent Vayssade qui piloteront des SSV. Épreuve préparatoire au Dakar et première manche du championnat du monde des rallyes tout-terrain, le rallye d’Andalousie se déroule de mercredi 12 mai à dimanche en Espagne. Et l’épreuve voit les Aveyronnais débarquer en force sur ses pistes. En effet, ils seront cinq à porter les couleurs du département. Habitué de ce genre d’épreuves, le Saint-Affricain Loïc Minaudier sera le copilote de Lionel Baud sur un SSV T3. Mais, deux motards aveyronnais qui avaient participé au Dakar-2020 seront également de la partie aux commandes de SSV. Florent Vayssade, vainqueur de la catégorie malle moto au Dakar pilotera un SSV T4 du team BTR, une petite équipe régionale située dans la périphérie de Clermont. Son copilote sera Nicolas Rey, un copain de toujours qui a pratiqué notamment le football à Onet et Laissac.


Minaudier, le formateur

 

Autre motard ayant participé au dernier Dakar, le Ruthénois Lionel Costes qui sera au départ au volant d’un T3 du team PH Sport. Son copilote étant Christophe Tressens, ancien capitaine de l’équipe de basket de Rodez au carrefour du millénaire et Aveyronnais de cœur et d’adoption ; d’autant plus que, même s’il a migré vers d’autres cieux, il est marié à une Ruthénoise.
C’est ainsi sous la houlette de Loïc Minaudier que tout ce petit monde s’est formé à la navigation. En effet, le Saint-Affricain, fort d’un diplôme reconnu, forme de nombreuses personnes à la navigation dans le sud Aveyron, lorsqu’il n’est pas en course. « Ils sont tous venus chez moi durant un week-end il y a quelques jours, détaille le formateur. Car si Lionel et Florent ont déjà de l’expérience en navigation, leurs copilotes n’en avaient aucune. » C’est un peu la bande du Dakar-2020, avec de nouvelles têtes, qui se reforme en Andalousie mais avec des objectifs différents. Si les néophytes en voiture visent l’arrivée et la préparation du prochain Dakar, Loïc Minaudier regarde, lui, en haut des classements. « Avec deux victoires à notre compteur en T3 chez PH (une à Dubaï avec Philippe Lachaume et une en Tunisie avec Lionel Baud, NDLR), nous viserons au minimum un podium », révèle le touche-à-tout du sport auto aveyronnais. Et de préciser : « La navigation sera moins importante car ce sont des pistes roulantes. Mais là, c’est le domaine de Lionel Baud, spécialiste de la terre. » Tout ce petit monde devrait par ailleurs se retrouver lors du rallye du Maroc en octobre.


Vayssade – Rey, répétition générale entre amis

 

« Je n’avais pas spécialement prévu de participer mais, avec un copain (Nicolas Rey son copilote, NDLR), l’idée nous a traversés l’esprit et le projet a pris forme », indique le pilote Vayssade. Pour cet équipage, l’objectif est de préparer le Dakar. « Après plusieurs participations et ma victoire en malle moto en 2020, j’ai un peu l’impression d’avoir fait le tour en deux roues. C’est l’occasion de relever un nouveau challenge. » Mais l’Espalionnais n’en abandonne pas pour autant la moto. « Je participe toujours au championnat de France d’enduro et je n’ai pas l’intention d’arrêter. »


Lionel Costes, le choix de la raison

 

Du côté du Castonétois Lionel Costes, c’est une décision familiale qui l’a conduit à passer sur quatre roues : « J’ai fait le Dakar à moto un peu sur un coup de tête. Et, rétrospectivement, quand j’y pense et que je vois les vitesses auxquelles on roulait, je me dis qu’il y avait des risques à chaque tour de roues. Mon épouse n’était pas trop d’accord pour que je renouvelle l’expérience et puis j’ai une entreprise à faire tourner (Rouergue Alu, NDLR) et je ne peux pas prendre des risques inutiles. En plus, je n’ai pas refait de moto depuis janvier. » Mais la passion étant toujours là, c’est dans une auto, un SSV T3 de chez PH Sport, que Lionel participera en Andalousie. Quant au choix du copilote, il s’est fait sans hésitation. « Ami de Christophe (Tressens), je ne me voyais pas participer sans lui, dit-il. Notre objectif étant de participer ensemble au prochain Dakar. »

 

Tressens, en route vers un rêve

 

« J’ai toujours aimé le rallye-raid et avec Lionel, il nous est arrivé d’aller voir le Dakar lorsqu’il se disputait en Afrique », replace Christophe Tressens, l’ancien basketteur qui a marqué de son empreinte les années N1 de Rodez. Une passion qui l’a conduit à participer à des épreuves en tant que pilote. « En rallyes-raids en tant qu’amateurs. Mais là, lorsque Lionel m’a proposé d’être son copilote en compétition, je n’ai pas hésité une seconde d’autant plus que notre objectif est de préparer le prochain Dakar et y participer concrétisera un rêve de toujours. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?