Elections départementales : entre les binômes de la majorité ruthénoise, on se chamaille déjà

  • Les binômes de la majorité ruthénoise Jean-Michel Cosson-Nadia Abbou et Christophe Lauras-Martine Bezombes, face-à-face… Jusqu’au 27 juin ou plus tard ?
    Les binômes de la majorité ruthénoise Jean-Michel Cosson-Nadia Abbou et Christophe Lauras-Martine Bezombes, face-à-face… Jusqu’au 27 juin ou plus tard ?
  • Entre les binômes  de la majorité, on se chamaille déjà
    Entre les binômes de la majorité, on se chamaille déjà
Publié le , mis à jour

Sur le canton de Rodez-2, les deux binômes de la majorité municipale ont déjà débuté leur bataille. Et ça commence fort. Au risque de diviser l’équipe Teyssèdre ?

Une seule conférence de presse aura suffi à faire des étincelles, ce que bon nombre d’observateurs craignaient en voyant deux binômes de la majorité municipale s’affronter sur le canton de Rodez-2 pour les élections départementales de fin juin. D’un côté, Jean-Michel Cosson et Nadia Abbou, conseillers municipaux, de l’autre Christophe Lauras et Martine Bezombes, respectivement 2e et 5e adjoints, sans oublier l’une de leurs suppléantes, Florence Varsi, également adjointe à la municipalité. Dans cette lutte intestine, c’est le premier nommé qui a "dégainé" en début de semaine, surpris de voir que ses adversaires affirmaient s’être lancés "à la demande du maire". "L’adoubement du suzerain à ses vassaux remonte à des pratiques d’un autre temps. Mais après tout, chacun fait avec les moyens en sa possession […] Avec Nadia Abbou, Justine Fournier et Christophe Panis, nous avons joué la transparence dès le début, annonçant personnellement aux maires de Rodez et du Monastère notre candidature dès le mois de novembre 2020, loin des basses manœuvres de quelques personnages désireux de nous faire passer pour des dissidents", répond Jean-Michel Cosson.

"Christophe et Martine, un peu de sérieux…"

L’historien a également peu goûté la "pique" de ses camarades, indiquant qu’ils étaient les seuls à habiter dans le canton… "Qu’apprend-on ? Que Christophe Lauras-Martine Bezombes serait le seul des quatre binômes en lice à habiter le canton Rodez-2 ? Eh bien oui ! J’habite le canton Rodez-1. Plus précisément rue de la Fauvette, à… 20 mètres du canton de Rodez-2 sur lequel nous nous présentons, faisant apparemment de moi un étranger dans une ville où je suis né et où j’ai vécu et travaillé. Christophe et Martine, un peu de sérieux ! Le Mur de Berlin est depuis longtemps tombé et les habitants de Rodez et du Monastère attendent de nous autre chose que ces petites mesquineries frontalières. Sans oublier qu’il s’agit d’élections départementales et non un remake de l’élection municipale". Tout juste lancés dans la campagne, Christophe Lauras et Martine Bezombes n’ont pas répondu au texte de Jean-Michel Cosson, largement relayé sur les réseaux sociaux. "Nous ferons une conférence de presse ce lundi et nous répondrons à toutes les questions", indique le principal du collège Fabre.

En attendant, il sera intéressant de regarder à quelles places seront assis tous ces hommes forts de la majorité municipale lors du prochain conseil municipal… Et si le "patron" Christian Teyssèdre parvient à ramener un peu de calme dans son équipe, qui rassemble, à la sauce Macron, plusieurs couleurs politiques du PS jusqu’à d’anciens des Républicains en passant par La République En Marche.

À ce jour, le maire indique regarder cela "de loin"… Très confortablement assis dans l’hémicycle ruthénois, avec 28 élus sur les 35, il ne souhaite pas entrer dans la bataille des élections départementales. "Je soutiens tous les candidats qui se revendiquent de la majorité municipale et de l’agglomération comme je l’ai toujours fait. Ni plus, ni moins", explique-t-il sans prendre parti pour tel ou tel binôme de sa majorité sur le canton de Rodez-2. "Je regarde ça de loin et chacun tirera les conclusions à la fin des élections", affirme-t-il, ne souhaitant pas, non plus, prendre position pour le troisième tour annoncé entre Jean-François Galliard et Arnaud Viala. "Tout ce qu’on veut, c’est avoir de bonnes relations avec le Département, quel que soit le président", conclut-il.

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

830 €

Dans petit collectf neuf de 5 appartements, T3 duplex de 77 m2, comprenant [...]

434 €

Vous chercher un logement dans BOURRAN, le nouveau secteur de Rodez ? Notre[...]

320 €

Ce studio idéal pour étudiants vous propose: Une entrée avec placard Un séj[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Vilain Il y a 1 mois Le 14/05/2021 à 07:09

Il est grand temps de recentrer "l’Église au centre du village" en retournant aux fondamentaux.
Ce déchirement, qui n'est pas une exclusivité, est le reflet de la mise en pratique de la politique politicienne .
Par ailleurs, sur Rodez, nous rencontrons des élus (es) "flous" qui modifient leur image politique au grès du vent ( PS, puis Modem puis LAREM, etc) .
Si bien que les électeurs sont perdus tout comme ces élus qui finiront un jour à la terrible impression de ne plus se reconnaitre !
Ces adaptations peuvent se comprendre pour celles et ceux qui veulent pratiquer une politique "sans scrupules" afin de cheminer tranquillement de mandats en mandats !
Faire de la politique ne s'improvise pas.
Il faut l'avoir apprise, comprise mais surtout intégrée intellectuellement !
Hélas, nous trouvons , beaucoup d'élus (es), en terre Aveyronnaise qui sans connaissance, sans assimilation des enjeux économiques, politiques et philosophiques traversent le damier politique au détriment d'une réelle pratique politique au service d'une population et d'un intérêt général.
Faire de la politique est tout un Art nécessitant la Sagesse, Éthique, in fine, de la Maturité.
Cela ne s'improvise pas !
A Rodez , comme ailleurs, certains devraient y réfléchir !.