Relaxe d'un retraité gilet jaune à Rodez : les policiers en colère

  • Le retraité Gilet jaune a été relaxé mercredi.
    Le retraité Gilet jaune a été relaxé mercredi. Centre Presse - Mathieu Roualdès
Publié le , mis à jour

Ce mercredi, le tribunal de Rodez a considéré qu’il y avait « trop de doutes » pour désigner formellement et condamné un retraité " gilet jaune" relaxé de ses accusations de violence envers un policier. Ce qui n'est pas du goût des syndicats de police.

 

Michel, un retraité impliqué dans le mouvement des " gilets jaunes" devait répondre mercredi devant le tribunal de Rodez de violences sur un policier. C’était le 17 novembre 2019. Ce jour-là, sur le firatoire Saint-Germain à Millau, une confrontation entre policier et Gilets jaunes s’envenime, et dans ce que tous appelleront « une mêlée », un policier se retrouve à terre. Il reçoit alors un coup de poing au niveau de l’oreille droite. K.-O., il se relèvera quelques minutes plus tard, non sans séquelle : le lendemain, un ORL lui signifie que son tympan fut perforé, qu’il a perdu une partie de l’audition et qu’il devra vivre avec des acouphènes.

Néanmoins, le tribunal de Rodez, jugeant qu'il y avait trop de doutes pour incriminer Michel, décide de relaxer le retraité. Une décision qui n'a évidemment pas plus côté policiers.

Ceux-ci, par la voix de leur délégué départemental Unité police SGP FO, Yoann Lombart, attendaient « une sanction exemplaire contre l’auteur de violences envers un de nos collègues de Millau ». Seulement, la relaxe du prévenu a provoqué la colère de ce dernier : « C’est une décision lamentable. En Aveyron, on se sentait soutenu par la justice, ce n’est pas le cas avec cette décision. Elle est scandaleuse dans le contexte actuel. On ne la comprend pas. »

« Schizophrénie ambiante »

Le syndicaliste assure que vingt policiers ont été blessés en service l’an passé dans le département. « C’est trop ! », conclut le représentant syndical des forces de l’ordre. Lors de l’audience, le procureur Clément Jacquet avait, lui, dénoncé une « schizophrénie ambiante de la société, acclamant un jour les forces de l’ordre et les outrageant, les violentant le lendemain ».

 

A lire aussi : Aveyron : un retraité "gilet jaune" relaxé de violences envers un policier

 

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

230 €

APPARTEMENT COMPOSE D'UNE PIÈCE UNIQUE AVEC PETIT PLACARD DE RANGEMENT ET U[...]

434 €

Vous chercher un logement dans BOURRAN, le nouveau secteur de Rodez ? Notre[...]

725 €

Résidence Les Demeures De L'Adrech. Appartement de type 3, dans résidence s[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (5)
Truthgoat Il y a 1 mois Le 14/05/2021 à 16:03

ah ça, pour dire de respecter les décisions de justices quand des malfrat en uniformes qui blessent, mutilent ou tue sont lavé alors qu'on a tout, les video et touti quanti y a du monde. Mais pour s'appliquer ses propres principes quand la justice dit qu'un retraité à pas fait ça la y a plus personne. Age mental des force de l'ordre : 5 ans.

Altair12 Il y a 1 mois Le 14/05/2021 à 09:36

Dans cette atmosphère de future guerre civile si les magistrats donnent un blanc-seing aux manifestants pour outrager ou blesser en toute impunité les forces de l'ordre ce sera vite l'anarchie ou la révolte !

jhondu12 Il y a 1 mois Le 19/05/2021 à 07:27

Tout à fait d'accord avec vous, c'est ouvrir la porte à tout....

Aquoibon Il y a 1 mois Le 14/05/2021 à 08:27

Toute violence est condamnable, de part et d'autre

Anonyme13114 Il y a 1 mois Le 14/05/2021 à 07:21

Au vu de l'article on peut penser que le Parquet va faire appel.