Millau : trente mois de prison pour le convoyeur de cannabis

  • L'interpellation par les douaniers a eu lieu au péage du viaduc de Millau.
    L'interpellation par les douaniers a eu lieu au péage du viaduc de Millau. Archives Centre Presse - José A. Torres
Publié le

Interpellé au péage du viaduc de Millau, un chauffeur routier bulgare transportait dans l'un des réservoirs de carburant de son camion un peu plus de 100 kg de drogue. Il était jugé lundi 7 juin au tribunal judiciaire de Rodez.

Le 26 avril à 23 heures, les douanes de Millau interpellent au péage de l'A75 un ensemble routier conduit par un chauffeur bulgare. Et découvrent, au terme de leur fouille, 94,3 kg d'herbe de cannabis et 7,150 kg de résine de cannabis : la drogue était, sous forme d'une centaine de sachets, cachée dans le deuxième réservoir de carburant du tracteur immatriculé en Roumanie et dont la remorque appartient à un exploitant bulgare "déjà connu pour trafic de stupéfiants en Hollande". Ce convoi venait d'Espagne pour se diriger vers l'Europe du nord.  

Le prévenu, âgé de près de 50 ans, est un chauffeur professionnel de nationalité bulgare. Il bénéficie d'une traductrice pour livrer sa version des faits au tribunal. Et indique "ne jamais avoir rien su de ce qu'il transportait", au grand étonnement de la présidente Emeline Gardes .Mais il reconnaît "s'être douté de quelque chose", l'un des réservoirs du camion étant condamné et le convoi était vide de cargaison entre l'Espagne et la Hollande... Il reconnaît aussi à la barre avoir fait ce trajet dans les mêmes conditions "trois ou quatre fois en un mois". "Je fais juste ce qu'on me dit de faire", dit-il, candide, à la barre. 3.000 euros en billets de 20 euros ont également été trouvés dans la cabine du poids lourd. Les deux tiers pour sa rémunération, le reste pour acheter du carburant...

"Peine dissuasive"

"Il sait qu'il est bien payé pour faire ce qui ne correspond pas à des voyages normaux", assure au tribunal le représentant de l'administration des douanes, dénonçant un trafic international entre la Hollande et l'Espagne, via la France. Un  trafic "contre lequel il faut lutter efficacement", martèle Manuel Yasmineh représentant le Ministère public, qui revient sur les propos du chauffeur : " Ses doutes sont un élément intentionnel caractérisé, quand on se doute, on sait ce que l'on risque". Et de requérir une "peine dissuasive" de 30 mois de prison ferme assortie d'un mandat de dépôt et l'interdiction de se rendre sur le territoire français durant dix ans. 

Me Large, avocat du barreau de Perpignan relève des erreurs de procédure, plaide que le trafic ne concerne pas la France mais des pays qui ont légalisé le cannabis médical, relève que la quantité peut paraître importante à Rodez, mais pas forcément dans d'autres départements. 

Le tribunal suivra les réquisitions, condamnera le chauffeur à 30 mois de prison , l'interdiction de 10 ans du territoire et 100.000 euros d'amende douanière correspondant aux prix de revente de la cargaison. 

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?