A Decazeville, le Parkour musclé d’Avilio Jhao

  • Les performances d’Aviliosont souvent spectaculaires.
    Les performances d’Aviliosont souvent spectaculaires.
  • Mais qu’est-ce tu fais papa dis donc ?
    Mais qu’est-ce tu fais papa dis donc ?
  • Le Parkour musclé d’Avilio Jhao
    Le Parkour musclé d’Avilio Jhao
  • Le Parkour musclé d’Avilio Jhao
    Le Parkour musclé d’Avilio Jhao
  • Le Parkour musclé d’Avilio Jhao
    Le Parkour musclé d’Avilio Jhao
Publié le

Installé, depuis deux ans, à Decazeville, ce Malgache de 22 ans, qui a grandi à la Réunion, est un remarquable athlète de rue, dont les prouesses dans l’art du déplacement, le Parkour, ne passent pas inaperçues. Rencontre avec un jeune gars vraiment renversant.

Il est agile comme un félin. Solide sur ses bras et sur ses jambes comme un gymnaste doublé d’un haltérophile. Il bondit, saute, grimpe, s’agrippe, virevolte, se joue des murs et de la verticalité, réalise des figures improbables, avec une aisance qui force l’admiration. Adepte du Parkour et du Freerun, Avilio Jhao est un véritable athlète, dont les prouesses commencent à faire le tour du Net et des réseaux sociaux. Ce jeune Malgache de 22 ans, originaire de Sambave, au Nord de l’île de Madagascar, a grandi et passé toute sa jeunesse à La Réunion. Depuis deux ans, il a posé ses valises et ses baskets à Decazeville, où vit l’une de ses tantes, avec sa compagne, Kelli. Le couple, qui a rapidement pris ses nouvelles marques aveyronnaises dans un appartement du centre-ville, a depuis donné la vie à un petit Eli, qui vient de souffler sa première bougie. Avilio travaille aujourd’hui dans la grande distribution et Kelli pour une enseigne de restauration rapide.

Des Beaux-arts à l’art du déplacement

Kelli est titulaire d’une maîtrise des Beaux-Arts. Et c’est d’ailleurs à l’École d’art supérieure de La Réunion que les deux tourtereaux des îles se sont rencontrés. Avant de s’envoler pour la France. Avilio a abandonné ses études en chemin mais il a aussi pris goût au dessin et à la sculpture. De la sculpture avec notamment des morceaux de palettes de bois. Titulaire d’un master d’art, Kelli travaille actuellement sur la mémoire et l’histoire de la ville de Decazeville, à partir de la photographie. " J’aurais aimé faire de la gym en salle, quand j’étais à la Réunion, mais je n’en avais pas les moyens ", me raconte Avilio avec une certaine timidité, tout heureux d’apprendre que Decazeville compte encore deux clubs et autant de salles de gym. Faute de pouvoir pratiquer la gymnastique, comme il en rêvait, il s’est tourné, durant sa jeunesse réunionnaise vers l’athlétisme. Et il fut rapidement attiré par le Parkour qu’il a découvert depuis déjà une dizaine d’années. Il s’exerce aussi au street workout, une discipline qui lui permet de développer sa musculature.

Motivation et confiance en soi

"Il m’a fallu des heures et des heures d’entraînement. Quand je fais une figure, il faut que je maîtrise vraiment parfaitement, explique-t-il. C’est avant tout une question de motivation et de confiance en soi. Le plus dur pour moi a été d’apprendre et de réaliser les saltos en plein air." Le jeune traceur urbain (c’est ainsi que l’on appelle les adeptes du Parkour) avoue une certaine préférence pour l’équilibre sur les mains, un exercice qu’il assure à la perfection. Et qui lui vaut d’attirer bien des regards quand il s’exerce en différents endroits de la ville ou sur la zone du Centre, où il a trouvé de nombreux spots pour effectuer ses enchaînements. Pendant longtemps, il s’est entraîné deux fois par semaine. Il a légèrement ralenti la cadence, pour "éviter de se blesser."

Avilio voudrait bien partager sa passion du Parkour (ou art du déplacement de rue) avec d’autres jeunes. L’an prochain, il envisage d’entreprendre une formation à Marseille, pour pouvoir initier des débutants. Autant dire que c’est avec un réel bonheur qu’il a vu les murs de la ville prendre les couleurs du street art, lors du festival Mur Murs. Ces murs qu’il dompte presque aussi facilement que des tapis de gym. Impressionnant le bonhomme. Et supersympa, ce qui ne gâche rien. Avilio, un jeune gars véritablement renversant…

Une discipline bien… française

Nombreux sont ceux qui ont découvert le Parkour avec Yamakasi, le premier film qui lui était entièrement consacré. Contrairement à ce que l’on pourrait facilement s’imaginer, cette discipline ne vient pas des Etats-Unis, mais de la Région parisienne, où elle a vu le jour, au début des années 90. En tant que discipline sportive autonome, David Belle est reconnu comme l’inventeur du Parkour. Il fut lui-même inspiré par son père, Raymond Belle. Le mot Parkour est une référence au parcours du combattant mais son orthographe est simplifiée. L’expression "art du déplacement" est le terme officiel en France selon le Ministère des sports, pour désigner l’ensemble de ces activités sportives. Le free-running ou free-run (course libre) est une expression plus récente, utilisée notamment par les anglophones ou pour distinguer des pratiques plus acrobatiques, comme les saltos.
Joël Born
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

137500 €

Grande maison de ville ( environ 180 m2 habitable) avec terrasse et jardin [...]

19000 €

Decazeville, proche du centre, venez découvrir ce terrain sur les hauteurs [...]

35000 €

Decazeville centre : Appartement T3 situé au 1er étage d'un petit collectif[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?