Élections départementales : Arnaud Viala en meeting ce soir à La Primaube

  • Arnaud Viala réunit ce soir ses troupes et leurs soutiens.
    Arnaud Viala réunit ce soir ses troupes et leurs soutiens. Centre Presse - José A. Torres
Publié le

Animateur de l'équipe "Aveyron pour Tous", Arnaud Viala tient ce lundi soir un meeting à La Primaube. Le rendez-vous est à 19h30 à l'espace Saint-Exupéry, et se déroulera en plein air, assis et dans le respect des règles sanitaires. Rappelons que le député du Sud-Aveyron vise la présidence du Département à l’issue du scrutin. Pour cela, il a convaincu une grande partie de la majorité sortante de le suivre.

Il y pense en se rasant depuis un long moment déjà. Pendant plusieurs mois, Arnaud Viala a pensé son projet, affiné sa tactique, échangé avec de nombreux politiques locaux et nationaux et en est arrivé à la décision qu’il préfère être président du Département que député du Sud-Aveyron. Le fait d’être dans l’opposition à l’Assemblée nationale a sans doute été l’un des facteurs déterminant de cette décision : tenir la barre lui manque. Et s’il a un temps espéré faire partie de ceux qui arriveraient à refondre LR au niveau national, notamment en créant, en 2019, La Droite Nouvelle, il s’est rendu compte depuis qu’il pourrait peser davantage en étant président du Département.

Depuis le deuxième semestre 2020, il travaille donc à sa conquête de l’Aveyron. Pour cela, il a choisi l’option de partir en équipe et a réussi à convaincre une grande partie de l’équipe sortante de le suivre, tout en prônant qu’il représente le renouvellement. Un grand écart pas toujours facile à expliquer aux électeurs, déjà peu intéressés par ce scrutin qui annonce une abstention record (lire ci-contre). Mais pour l’emporter, Viala a ressorti les recettes gagnantes de la droite aveyronnaise : des pontes, une campagne de proximité et le pari de la ruralité. Des arguments qui plaisent de longue date aux électeurs aveyronnais.

"Coup de force" et méthode

En se lançant officiellement le 26 avril dernier, Arnaud Viala a assuré que « si n’importe lequel des membres de mon équipe avait manifesté le désir d’être à ma place d’animateur, je l’aurais soutenu, je n’aurais pas nécessairement été candidat au conseil départemental si j’avais senti que la machine se mettait en ordre de bataille derrière quelqu’un d’autre ». Une position qui fait sourire certains de ses candidats. « Évidemment que d’autres auraient pu viser sa place, explique l’un d’eux. On ne peut pas faire croire qu’un André At, un Jean-Claude Anglars ou une Magali Bessaou n’avaient pas les capacités. Il ne le dira pas, mais il fallait que ce soit lui. »


La méthode Arnaud Viala, n’est d’ailleurs pas forcément acceptée par tout le monde à droite. Certains élus ou anciens élus de ce côté-ci de l’échiquier, ne comprennent pas qu’il ait pris la décision d’abandonner sa circonscription en cas d’élection et de laisser le poste de député vacant jusqu’en juin 2022. D’autres n’apprécient guère ce qu’ils qualifient comme un passage en force contre un Jean-François Galliard qui reste populaire.
Au sein même de son équipe, quelques membres ont encore un doute.

Et s’ils ne l’affichent pas publiquement, ils ne cachent pas qu’au cas où la situation serait serrée avant le troisième tour, ils y réfléchiraient à deux fois. « La vérité d’une campagne électorale ne sera pas forcément la même que celle d’une élection d’un président à bulletin secret », prévient un conseiller sortant. De quoi rappeler qu’un scrutin n’est jamais joué d’avance.
 

Guilhem Richaud
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?