L'Aveyron de... Charles Siemiaticky : "J’adore l’ambiance des petits marchés"

  • Dans sa boutique du 8 rue des Moines à Paris, Charles Siemiatycki sert des saveurs d’exception.	DR
    Dans sa boutique du 8 rue des Moines à Paris, Charles Siemiatycki sert des saveurs d’exception. DR
Publié le

"Dénicheur d’artistes fermiers", le curanais Charles Siemiatycki a ouvert cote2boeufs, enseigne culinaire dédiée à la bonne bouffe à forte consonance aveyronnaise. Dans sa boutique, quartier des Batignoles à Paris, ou sur le site internet, le quarantenaire propose une soixantaine de références qui font la part belle à la gastronomie du département. Pour Centre Presse, il dévoile "son Aveyron". Morceaux choisis.

Un lieu emblématique en Aveyron

J’ai grandi à Salles-Curan, j’ai donc passé tous mes étés sur les plages du lac de Pareloup. Pour moi, de grands moments et un lieu emblématique. Je me souviens traverser le pont de la Cleta, cheminer dans la forêt pour accéder à des plages moins accessibles. Préservées.

Au-delà de la baignade, j’ai fait beaucoup de voile là-bas. J’ai encore deux planches sur le lac. J’ai aussi fait du voilier, du catamaran, du deriver… J’ai passé pas mal de temps sur le lac.

Un endroit où se ressourcer

J’en ai plusieurs : les plages du Lac, évidemment, L’Aubrac, qui reste pour moi un endroit particulier. Je pense aussi – c’est mon coup de cœur – à un petit hôtel à Najac dont j’ai perdu le nom (rires). C’est un petit hôtel avec une piscine à débordement qui surplombe toute la vallée du Viaur ! Tout est en vieilles pierres, c’est un lieu magique !

Si quelqu’un en revanche me demandait conseil, je lui dirais de prendre une chambre, de manger, se reposer dans le petit village de Belcastel : je trouve que c’est un lieu hors du temps. Boire un verre de vin au bord de la rivière, prendre un petit-déjeuner tôt le matin…

Un rituel immuable

Par mon métier forcément, venir visiter les producteurs fermiers, faire un petit tour chez eux. C’est toujours un de mes plaisirs, et la partie de mon métier que je préfère. J’adore aussi faire les marchés, les marchés de pays en particulier avec une petite préférence pour celui de Laissac. J’aime cette ambiance.

Un souvenir particulier

Je me souviens de la fête du village à Salles-Curan, où on fait l’aligot. Et je garde en tête, comme on le dit souvent, que ce qui lui donne son petit goût si particulier, c’est la sueur de celui qui l’a tourné. Et quand ma génération venait tourner, j’ai compris que la sueur donnait du goût. On se relayait toutes les minutes avec nos énormes pales en bois et je suais corps et eau. Mes potes aussi. L’aligot était meilleur (rires).

Une personnalité marquante

Par mon métier encore, je vais parler d’un binôme : André Valadier et Lucien Conquet. Sans eux, il n’y aurait peut-être pas de vaches sur l’Aubrac aujourd’hui. Les deux ont relancé la race Aubrac à une période où personne n’y croyait vraiment. Je suis en train de me rendre compte que parmi ces personnalités marquantes, je place un concurrent (rires). Mais j’ai beaucoup de respect pour ce duo. L’Aveyron n’en serait peut-être pas là aujourd’hui sans ces deux personnalités. J’aime aussi l’apport de Pierre Soulages qui permet au département d’exister à l’international.

Une spécialité gastronomique 

Côte de bœuf – aligot ! Sans aucune hésitation…

Votre journée idéale

Marché le matin. A midi, une bonne bouffe dans un buron sur l’Aubrac, en terrasse, plein soleil. En revenant petit passage par le lac de Pareloup ; et apéro avec les potes pour finir la journée !

Peut-être avez-vous un souhait, un projet, un conseil, un rêve… en lien avec le département ?

Un rêve un peu fou : un Paris-Rodez en TGV (rires) ou alors des vols à 30 euros ! J’ai pris le train de nuit un nombre de fois incalculable ! Je veux aussi que l’Aveyron reste telle qu’elle est. Qu’elle garde cette authenticité qui fait son charme ! Que ça ne devienne pas la Grande-Motte (rires). Mais je n’ai pas de crainte là-dessus !

Aurélien Delbouis
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?