Élections régionales en Aveyron : comment les partis vont mobiliser leurs électeurs

  • Le deuxième tour des régionales se jouera entre trois partis. 
    Le deuxième tour des régionales se jouera entre trois partis.  Centre Presse - José A. Torres
Publié le

Dimanche soir, il était hors de question, pour Emmanuelle Gazel, d’afficher pleine et entière satisfaction. Dans son analyse du résultat des régionales en Aveyron, la cheffe de file de Carole Delga en Aveyron n’a pas manqué de souligner la très forte abstention. Pourtant, la maire de Millau avait quand même de quoi se réjouir. En effet, la présidente sortante, dont elle est encore, au moins pour une semaine, vice-présidente en charge de la formation professionnelle, a fait beaucoup mieux qu’en 2015. Tant au niveau du score (+18,6 points) que du nombre de voix, avec une progression considérable (28 357 votes au premier tour en 2015, 39 439 dimanche). Pour autant, la socialiste prévient : "C’est encore loin d’être gagné." Alors dès lundi après-midi, elle a repris la route pour continuer la campagne, en allant à Saint-Affrique, avant de se rendre à Sévérac ce mardi, puis sur le marché de Rodez mercredi. Avec en tête un double objectif, garder l’attention des électeurs du premier tour en leur martelant que "rien n’est joué", et en allant chercher ceux qui n’ont pas fait le déplacement dimanche en leur rappelant l’importance et les compétences de la Région.

Affiches et slogans

Le Rassemblement national, deuxième au niveau régional, mais troisième en Aveyron, a pris une claque dimanche. Bruno Leleu, le chef de file de Jean-Paul Garraud assumait. "Nous, les politiques, moi le premier, on a tous une part de responsabilité. On doit arriver à mieux capter l’attention du concitoyen." Le secrétaire départemental du RN assure avoir reçu beaucoup de messages d’électeurs n’ayant pas été voté dimanche, car persuadés que la liste serait en tête et qui se mobiliseront pour le second tour. "Une voix, plus une voix, plus une voix, au final, ça peut faire le compte", prévient-il

 Mais surtout, Leleu espère provoquer un électrochoc chez ses électeurs. Pour cela, il a fait imprimer lundi des affiches avec un slogan sans équivoque : "Rien ne sert de râler sur les réseaux sociaux ou d’aller griller des saucisses. Pour changer les choses, il faut voter."

Du côté de LR, une réunion stratégique était prévue lundi soir. En Aveyron, Jean-Philippe Keroslian et ses proches étaient prêts à en découdre. Ils comptent bien profiter, pour le deuxième tour, d’un effet de levier des bonnes performances de la droite aux départementales. Et, comme beaucoup de candidats pour ce scrutin sont déjà élus, il espère que ça leur laissera davantage de temps pour l’aider dans sa campagne.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?