SAM à Viviez : CIE retire son offre de reprise mais rien n’est réglé

  • Joris Lasfargues, Ghislaine Gistau et Sébastien Lallier, représentants CGT du personnel de SAM. /
    Joris Lasfargues, Ghislaine Gistau et Sébastien Lallier, représentants CGT du personnel de SAM. / BHSP.
Publié le

L’audience du tribunal de Commerce, prévue le 2 juillet pourrait bien être une fois de plus reportée, au grand dam des salariés.

Massivement rejeté par les salariés de la fonderie Sam de Viviez en raison de son offre de reprise mortifère, le groupe espagnol CIE Automotive a finalement annoncé vendredi dernier dans une lettre qu’il retirait son offre.

Il reste donc deux offres en lice : celle du groupe Trinquet, qui selon les salariés ne repose pas sur des éléments fiables ; et celle de Sifa Technologies (groupe Alty) de l’ancien PDG de Sam Patrick Bellity dont le projet correspond le mieux aux attentes des salariés, tant sur les volets industriel que social.

Vers un autre report d’audience d’examen des offres

Initialement, l’audience du tribunal de commerce de Toulouse programmée ce vendredi 2 juillet devait examiner les offres. Mais l’entrée dans le jeu du cabinet Grant-Thornton, chargé par l’État et les administrateurs judiciaires d’auditer les offres sur les volets financier et industriel, va sans doute retarder cet examen, car les conclusions du cabinet seront déposées le 1er juillet et non dans le délai requis de 48 heures avant.

Ainsi, le tribunal pourrait décider de reporter l’audience devant le juge-commissaire le 23 juillet et tenir une audience d’examen des offres le 30 juillet.

Un délai supplémentaire douloureux pour les salariés de Sam :

"L’usine sera fermée durant les 3 premières semaines d’août. Et durant la semaine avant et la semaine après cette période, l’usine tourne à 50 % des effectifs. Les salariés vont partir en vacances avec le ventre noué car ils craignent de recevoir une lettre de licenciement durant leurs vacances, et ne savent pas si une offre sera validée. Le niveau de tension est très haut, certains salariés craquent", expliquent Ghislaine Gistau, Sébastien Lallier et Joris Lasfargues, représentants CGT du personnel de Sam.

"L’Etat et Renault doivent s’engager par écrit"

Car à ce report supplémentaire s’ajoute une inquiétude majeure : en dépit du retrait de l’offre de CIE, l’État n’a pas encore fourni de lettre d’engagement sur son accompagnement financier dans le cadre de France Relance et des aides à la formation. Contrairement à la Région Occitanie et à la Communauté des communes Decazeville Communauté, qui se sont engagées par écrit aux côtés du groupe Alty.

"Le ministère dit attendre les résultats de l’audit de Grant-Thornton, et que l’État se positionnera entre le 5 et le 9 juillet. On ne comprendrait pas que l’État refuse d’accompagner un industriel français dont le projet préserve des emplois et des activités en France ! De la même manière, Renault doit s’engager dans un protocole avec le potentiel repreneur". Aussi, réunis en assemblée générale vendredi dernier, les salariés de Sam ont décidé d’être très vigilants et d’engager "un blocage de l’usine immédiat si on sent un flou et qu’il y a quelque chose d’anormal", martèlent les représentants du personnel.

Oscillant entre patience et colère larvée, les salariés de Sam sont plus que jamais vigilants sur la tournure des événements car il y va de l’avenir de leurs emplois et du territoire.

GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Viviez

108500 €

Viviez : Maison de type 2 en plain-pied de vie avec jardin et cour sur le d[...]

159000 €

Viviez : Ensemble immobilier comprenant : Une maison individuelle de type 4[...]

160000 €

Grande maison familiale de construction traditionnelle type 7, cinq grandes[...]

Toutes les annonces immobilières de Viviez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme13114 Il y a 2 mois Le 30/06/2021 à 14:59

Pour faciliter la reprise il faudrait en exclure la CGT . Je verrai bien les 3 personnes sur la photo partir faire un voyage chez MADURO .