Conques : Renaud Cusenier et Benoît Favre exposent "Deus absconditus"

  • Le vernissage de l'exposition se tiendra vendredi 2 juillet à 18 h 30. Le vernissage de l'exposition se tiendra vendredi 2 juillet à 18 h 30.
    Le vernissage de l'exposition se tiendra vendredi 2 juillet à 18 h 30.
Publié le
Centre Presse Aveyron

L'exposition est à voir du 2 au 16 juillet, au Centre culturel. Son vernissage aura lieu vendredi 2 juillet à 18h30.

Benoît Favre et Renaud Cusenier mêlent leurs univers distinctifs en une exposition commune où les regards se croisent et le dialogue se crée. Définitivement, les créations des deux artistes, de facture diamétralement opposées et de techniques différentes, parviennent à poser des questions communes et à faire émerger des similitudes dans la réflexion induite par les images qu'ils nous proposent.

Quelle est votre démarche artistique ?

(Benoît Favre) J’ai toujours aimé les pierres, récolter l’éternité. Enfant, je recherchais les couleurs chatoyantes des minéraux et la beauté froide des fossiles. Puis j’ai momentanément délaissé les créations pures de la nature pour celles manifestant d’une intervention humaine et aujourd’hui encore je parcours la campagne, scrutant le sol en quête de traces laissées par nos ancêtres. Arrivant ainsi jusqu’à l’art primitif et en particulier aux productions du paléolithique telles que les objets votifs, l’art rupestre et les vénus. « La Dame de Brassempouy » représente pour moi l’une des œuvres majeures de l’histoire de l’art.
Pour mieux comprendre ma démarche, sachez que je suis particulièrement sensible au phénomène dit de la paréidolie (du grec ancien para-, « à côté de » et eidôlon, « apparence, forme »), trouble cognitif qui consiste à associer un stimulus visuel informe à un élément identifiable et qui se traduit chez moi par la perception de visages fantomatiques, émanant à la fois de mon inconscient et de mon environnement. Une faculté presque obsessionnelle.

(Renaud Cusenier) Publicitaire de profession, l’image et l’imaginaire sont mon quotidien. Passionné par les arts, le dadaïsme et le surréalisme m’ont influencé et font partie intégrante de mon processus créatif.
Je souhaite  à travers cette capsule odyssée de 10 tableaux numériques, interpeller sur les 3 thèmes fondamentaux métaphysiques: liberté, raison et réalité.

"Un monde en perpétuelle mutation"

Mon travail représente les turpitudes de notre société et plus largement celles d’un monde en perpétuelle mutation où le divin et le terrestre se mêlent dans de mystérieuses ambiances « théâtrocalyptiques ». Poussant  les limites de la perception à travers une représentation à la fois poétique, lyrique et mystique où chacune des scènes tend à détourner symboles, icônes et légendes qui façonnent notre histoire et peuplent l’inconscient collectif.
C’est une invitation à l’exploration, la recherche de détails au point de s’y perdre car on ne va jamais aussi loin que lorsqu’on ne sait pas où l’on va...

La fiction se confond avec une actualité accablante, banalisée. Le «Go-fast», le fanatisme, la violence sociale, le consumérisme à outrance, la corruption, la perte identitaire, les problèmes climatiques, la pornographie... le tout sur fond de sans contact et gestes barrières, ne sont pas sans conséquences pour chacun d’entre nous.

Face à ce constat, comment ne pas vouloir résister à l’obscurantisme et à la terreur, réveiller les consciences et redonner à l’âme humaine sa part de rêve, de folie créative et de liberté ?

Exposition à voir du lundi au dimanche de 13h30 à 18h30. Entrée libre et gratuite au Centre culturel et touristique, proche de la mairie. 
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?