Au Roc handball, de grandes ambitions et des évictions

  • Benoît Courtin a annoncé que le nouveau coach sera présenté fin août.
    Benoît Courtin a annoncé que le nouveau coach sera présenté fin août. Jean-Louis Bories
  • Au Roc, de grandes ambitions et des évictions
    Au Roc, de grandes ambitions et des évictions
Publié le

Le Roc a annoncé samedi, lors de son AG, sa volonté de tendre vers le monde pro. Ce qui ne s’est pas fait sans fracas…

"On souhaite faire monter notre équipe masculine (Nationale 2) en N1 et la féminine (Nationale 3) en N2 d’ici 2024."

Samedi 3 juillet, en fin de matinée, lors de l’assemblée générale de son club, Benoît Courtin, le président du Rodez-Onet-le-Château (Roc) Aveyron handball, a officialisé le virage ambitieux qu’il est en train de lui faire prendre. En coulisses, les manœuvres ont commencé depuis plusieurs mois déjà, même si le départ de l’entraîneur de l’équipe première, Julien Demetz, n’a été annoncé qu’à la mi-juin. "Pour la Proligue (deuxième division), le rêve est permis avec le recrutement d’un très grand nom du handball qui sera le nouveau coach, mais aussi le directeur général du club ", se félicite le dirigeant, refusant de donner l’identité de cette recrue alors qu’il nous avait indiqué qu’elle serait annoncée samedi.

Des bénévoles et membres du club l’ont fait à sa place en confiant qu’il s’agissait de Raphaël Geslan, directeur général depuis deux ans et demi du C’Chartres, club de Starligue (première division).

Benoît Courtin n’a pas voulu confirmer, mais a fait tout comme en répondant dans un grand sourire : "Il est sur notre short-list." Le président rêve de voir son futur technicien, en arrêt maladie depuis septembre, emmener le Roc aussi haut qu’il l’avait fait avec Aurillac, passé de la N1 à la D1 en trois ans (2005-2008). " Julien (Demetz) aurait bien aimé co-entraîner la N2 avec lui, mais comme moi, il a été poussé dehors par la direction, souffle Sylvie Picard, l’ex-secrétaire du club ruthéno-castonétois. On a dit qu’on pouvait être ambitieux sans renier nos valeurs associatives et vu que ça n’a pas plu aux investisseurs privés qui tirent les ficelles…"

Un partenariat avec le Raf

Elle reproche à Benoît Courtin d’utiliser le club à mauvais escient : "Il veut en faire sa vitrine parce qu’il sait que l’usine Bosch (dont il est le DRH) va fermer dans quelques années. Et comme il a des ambitions politiques…"

"Je n’ai aucun commentaire à faire sur les propos de Sylvie Picard ", répond le président du Roc, qui veut faire augmenter "progressivement" la part d’investissement du secteur privé dans le club (52 % pour cette saison). Le nouveau trésorier de l’institution, Philippe Hoyer de Belvalet, est d’ailleurs directeur administratif de la quincaillerie Angles, le principal sponsor du Rodez Aveyron football… avec lequel le Roc vient de tisser un partenariat. "La première action concrète de cette collaboration, c’est la mise en place début septembre d’un point de vente de produits dérivés de notre club dans leur boutique, annonce Benoît Courtin. D’autres actes sont à venir. C’est une occasion unique de profiter du professionnalisme du Raf." Son président, Pierre-Olivier Murat, vient aussi d’entrer au conseil d’administration du Roc.

Les autres points de l’AG

Malgré la crise sanitaire, le Roc est en bonne santé financière. "On a réussi à sécuriser la trésorerie grâce notamment aux collectivités qui ont maintenu leur confiance au niveau des subventions, apprécie Benoît Courtin, le président du club ruthéno-castonétois. Les aides gouvernementales ont aussi été salutaires avec l’activité partielle, le fonds de solidarité, les exonérations de charges patronales…"Le budget va même passer de 350 000 à 370 000 euros. À l’aise économiquement, le Roc, qui a déjà recruté deux joueurs portugais, a annoncé l’arrivée de Thomas Sayada (20 ans), qui était le gardien de la réserve du PSG handball (Nationale 1). "Notre dernière recrue devrait arriver dans les quinze prochains jours. Il s’agit d’un arrière droit qui joue à l’étranger et a déjà évolué en N1. Du côté des départs dans l’équipe, il n’y en aura plus et on va continuer à s’appuyer sur la formation pour prendre le moins de mercenaires possible."Concernant les licenciés (293 actuellement pour 14 équipes engagées dans les différents championnats), Benoît Courtin se veut optimiste : "On a fait le tour de nos collectifs et on ne voit pas de fuite. En plus, à la rentrée, il va y avoir une boulimie de sport !"
Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

540 €

Secteur Rodez, venez découvrir ce bel appartement T2 meublé, composé d'un s[...]

153700 €

Vue dégagée et imprenable, traversant et rénové, voici les maitres mots pou[...]

19400 €

A vendre à Bourran garage individuel fermé d'environ 17m2 dans une résidenc[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?