Viviez : nouvelle manifestation devant la SAM ce mercredi 7 juillet

  • Un appel au rassemblement, ce 7 juillet à 17h30.
    Un appel au rassemblement, ce 7 juillet à 17h30. DDM - BHSP
Publié le

Les salariés de l'entreprise viviézoise lancent un nouveau cri d'alarme et organisent un rassemblement à 17h30 sur leur site de travail. 
 

Devant ce qu’ils estiment être de l’immobilisme dans le dossier de reprise de leur entreprise, les représentants CGT du personnel de la fonderie SAM de Viviez lancent un cri d’alarme et appellent en urgence à une nouvelle mobilisation ce mercredi 7 juillet à 17 h 30 devant l’entreprise.  Ils demandent à la population, aux élus, commerçants,associations... à venir exprimer leur soutien et leur solidarité.

 
À la veille de cette nouvelle manifestation, les représentants CGT  sollicitent le collectif Tous Ensemble : « Le 2 juillet, nous étions au tribunal de commerce de Toulouse ou nous nous sommes vus confirmer lors de l’audience le report au 30 juillet de l’audience pour l’expertise des offres. Pour nous cette décision de justice vient confirmer une nouvelle fois que malgré l’urgence, l’Etat et Renault traînent des pieds et n’ont pas encore pris la décision de s’engager au côté de l’industriel français Alty afin qu’il puisse bénéficier des soutiens existants et correspondants dans le cadre du plan de relance justement conçu dans ce but-là. Les collectivités locales concernées, Decazeville Communauté de communes, Conseil départemental de l’Aveyron, Conseil régional Occitanie, la CCI Aveyron, se sont, elles, engagées à soutenir et à accompagner ce projet permettant de sauver 250 emplois et qui est vital pour la survie du territoire. Considérant qu’il y a urgence à trouver une issue favorable à l’avenir des femmes et des hommes de cette entreprise nous avons décidé d’organiser en urgence un nouveau rassemblement».

Stéphane Mazars : « L’Etat joue son rôle »

La semaine dernière, le collectif Tous Ensemble avait écrit aux députés LREM de la majorité, Stéphane Mazars et Anne Blanc, pour que l’Etat s’engage auprès du groupe Alty. « À notre niveau, nous faisons tout ce qui est dans nos possibilités pour relayer les informations sur SAM, et nous sommes en relations avec des interlocuteurs de proximité. Il y a un processus judiciaire. L’état joue son rôle : lorsqu’il n’y avait pas de repreneur et que les salariés ne voulaient pas de Patrick Bellity, le gouvernement que certains fustigent du haut de la tribune, a fait pression sur Renault pour trouver un repreneur. Et le constructeur a trouvé le groupe espagnol CIE, qui ne mobilisait pas d’aides publiques. Le projet de CIE n’a pas convenu aux salariés. Deux autres projets de reprise, celui de SIFA technologies de Patrick Bellity et celui du groupe Trinquet ont été déposés, sollicitant des aides publiques. Les salariés favorisent le projet de Patrick Bellity qui est sans doute très bon, préserve des emplois avec un projet industriel», précise le député. Il ajoute : «L’état a demandé un audit pour s’assurer de la viabilité du projet, et attend les conclusions du cabinet pour se prononcer et en tirer les conséquences. Si le projet est bon, alors il faut y aller à fond et mettre les moyens ».

Anne Blanc : « Mettre le paquet »

De son côté, la députée Anne Blanc rappelle qu’ils sont mobilisés avec le ministère pour trouver les meilleures solutions d’accompagnement. «J’ai le cabinet de la ministre Pannier-Runacher deux fois par semaine au téléphone. Patrick Bellity m’a aussi expliqué ses attentes et son projet qui sollicite des aides publiques. Il faut sauver un maximum d’emplois, encore mieux avec un industriel français. Le cabinet Grant-Thornton va rendre ses conclusions», explique-t-elle. Elle poursuit : « J’ai fait remonter au ministère que si elles sont favorables, il faut mettre le paquet, avec un soutien inconditionnel pour accompagner ce projet ».
Quoi qu’il en soit, pour les représentants du personnel qui voient défiler les semaines mais aucune solution concrète, l’heure est à la mobilisation pour rappeler à l’Etat et à Renault qu’il s’agit de sauver 250 emplois et autant de familles.
 

B.H.S.P.
Voir les commentaires
L'immobilier à Viviez

160000 €

Grande maison familiale de construction traditionnelle type 7, cinq grandes[...]

98000 €

Viviez : Maison de type 2 en plain-pied de vie avec jardin et cour sur le d[...]

139000 €

Maison mitoyenne avec garage terrasse et jardin + hangar attenant de 160m2 [...]

Toutes les annonces immobilières de Viviez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?