Rodez : les Squatteurs du blues sortent un album sur la Covid-19

Abonnés
  • Une équipe soudée  par la musique.
    Une équipe soudée par la musique.
Publié le

L’expérience est innovante. C’est même une première, en France. Un groupe de patients s’est inscrit dans une démarche artistique réussie.

Les usagers du Centre de réhabilitation psychosociale (CRPS), rue Abbé-Bessou, viennent de sortir leur double album. Deux CD de 23 titres. Leur travail a débuté, lors du confinement.

Le CD porte d’ailleurs le nom "Opus 16/3", en référence au 16 mars, le jour où la France s’est renfermée, sur elle-même, sur fond de crise sanitaire.

C’est en partant de cette situation "étrange" que les patients ont travaillé d’arrache-pied pour arriver à un résultat très professionnel. Tout comme "les pros", les usagers du CRPS ont planché sur la pochette, le design, le graphisme… Résultat, un double album qui se retrouve à la vente, dans les bacs. À Rodez, on peut l’acheter à la Maison du livre.

Le groupe de travail, encadré par Francis Estèves, pour l’association Prodiges, expert en musique assistée par ordinateur (MAO) et Olivier Rabereau (infirmier médiateur et musicien), a poussé le professionnalisme jusqu’à se faire enregistrer auprès de la Sacem. "Nous sommes passés dans le domaine du possible", affirme Fabrice.

De "patients" à "amis"

Car, il ne faut pas croire : les patients ne sont pas tous des musiciens à la base. Mais grâce à une bonne cohésion et la participation de Cisco et Olivier Rabereau, donc, mais aussi du Dr Krivits, qui est psychiatre, ainsi que sur du musicothérapeute Jean-François Labit, toutes les portes se sont ouvertes. Mieux, la troupe d’artistes a trouvé des valeurs supplémentaires. "On est arrivé comme patients, on s’est retrouvé comme des amis", souligne Françoise. Ce groupe s’est soudé pendant le confinement, le désœuvrement. Quand tout était fermé, eux sont restés ouverts.

Ouverts à l’amitié et aux apprentissages. "Je chantais déjà avec les Squatteurs du blues. Avec ce nouveau projet, j’ai appris à poser ma voix, à travailler mon souffle", note Jean Antoine. Tout comme Eugénie, Fabrice, Françoise et les autres participants, chacun s’est révélé à lui-même, aux autres.

De quoi changer aussi nos préjugés sur les patients ? Pour répondre à la question, il faut écouter l’album.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Salima Ouirni
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

87000 €

Rodez, quartier Faubourg, sous-sol complet de 180 m² comprenant 7 places de[...]

45 €

RODEZ : Garage individuel de 12.50 m² à louer au 23, Avenue Tarayre[...]

128000 €

A vendre Faubourg proche université et tous commerces, Type 3 d'une surface[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?