Villefranche-de-Rouergue : plusieurs réactions face aux accusations de maltraitance à l'Ehpad de Rulhe

Abonnés
  • Bertrand Perin, directeur de l’hôpital et des Ehpad de Villefranche.
    Bertrand Perin, directeur de l’hôpital et des Ehpad de Villefranche. Photo archives
Publié le

Au début du mois de juillet, des témoignages se multipliaient sur une "situation dégradée" à l’Ehpad de Rulhe, selon les familles. Aujourd'hui, la direction, le personnel soignant et les syndicats réagissent. 

Suite à notre article du 1er juillet dernier sur l’Ehpad de Rulhe, différents professionnels ont souhaité réagir au travers de communiqués.

Bertrand Perin, directeur de l’hôpital

"Le vrai problème est le manque de moyens financiers pour rénover et restructurer les locaux et surtout la pénurie de professionnels formés afin de renforcer les équipes qui s’adaptent en permanence, dans un contexte Covid extrêmement compliqué. Les Ehpad du centre hospitalier de Villefranche-de-Rouergue (un des plus gros du département avec 273 lits d’Ehpad et 80 de soins de longue durée) ont très peu été touchés par la pandémie grâce au professionnalisme et à la vigilance de l’ensemble du personnel. On peut comprendre le désarroi et l’impatience de certaines familles ou certains professionnels qui déplorent, comme l’ensemble des agents et la direction, le manque de temps médical et de professionnels qualifiés, l’impossibilité de la plupart des médecins traitants de pouvoir suivre leurs patients au sein de l’Ehpad. Mais, le mode de financement des Ehpad publics ne permet pas d’être très attractif actuellement, pourtant, tous les acteurs impliqués œuvrent aux projets de vie individualisés et à la bientraitance de nos résidents. Ce projet de rénovation (restructuration des locaux des Ehpad de Rulhe et de la Chartreuse) a recueilli sur le principe l’assentiment à l’unanimité du conseil de surveillance du Centre Hospitalier, de la mairie de Villefranche-de-Rouergue, de la Communauté des communes (Ouest Aveyron Communauté), du Conseil départemental et de l’Agence régionale de santé (ARS). Le programme des travaux a été de nouveau revu, il est en cours de formalisation afin d’en finaliser le financement. Dès ce mois de juillet 2021, un programme de rénovation des chambres et des circulations les plus vétustes va démarrer grâce aux financements qui ont pu être débloqués".

Docteur Pascale Combe-Cayla, conseillère municipale déléguée à la santé, vice-présidente d’OAC

"Le vieillissement et la perte d’autonomie sont bien souvent difficiles à accepter par l’entourage familial. L’amaigrissement, les chutes et la dépression ne sont pas les signes de mauvais traitements mais malheureusement du vieillissement parfois prématuré en raison de dégénérescence cérébrale parfois rapidement progressive. Les professionnels de santé connaissent bien ces signes et y font face avec douceur, écoute et empathie. Ils savent quand recoucher une personne épuisée, ils connaissent les procédures de mise en sécurité en cas de risque de chute : une fracture du col du fémur est inadmissible mais tellement vite arrivée ! […] Je tiens à saluer les compétences, le professionnalisme et le dévouement de nos soignants sans nier les problèmes nationaux de recrutement de personnels médicaux et paramédicaux ainsi que l’inadéquation des bâtiments de Rulhe dont les plans de restructuration vont bientôt enfin aboutir".

Syndicats FO et CGT

"Il y a un manque d’argent pour financer la reconstruction de l’Ehpad. Les plans des projets sont présentés mais rejetés car coûteux. ARS, Département, direction, syndicats, professionnels, familles, résidents s’accordent à dire qu’il faut rénover, restructurer, réorganiser mais les financeurs rechignent à mettre les moyens sur la table, tant pour les besoins architecturaux que pour les moyens humains".

Soignants de l’unité Alzheimer

"Ce n’est pas parce que les ressources en personnel ne sont pas à la hauteur que l’on voudrait que nous laissons mourir nos résidents. […] Nous adaptons sans cesse notre organisation de travail au rythme de vie des résidents. […] La direction ainsi que la cadre du service s’efforcent de nous donner les moyens humains et matériels pour une bonne prise en charge des résidents".

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Rédaction 12
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

330 €

A LOUER STUDIO DE 22 M2 RESIDENCE LABORIE (CHEMIN DE LA BOUDOUMIE) EN 2EME [...]

99000 €

Appartement de Type 2 de 45 m² au troisième et dernier étage d'un immeuble [...]

65750 €

Idéalement situé au centre ville de Villefranche de Rouergue Immeuble inves[...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?