Une magnifique ouverture de festival

  • Bastien Rimondi, Gaëlle Mallada et Anne Calloni.
    Bastien Rimondi, Gaëlle Mallada et Anne Calloni.
Publié le , mis à jour

C’est enfin sous un soleil radieux que les premiers concerts du 44e festival de Sylvanès se sont déroulés les 14 et 18 juillet. Les spectateurs n’avaient pas boudé leur plaisir à se retrouver dans la vallée du Cabot pour enfin respirer l’air musical du Sud-Aveyron.

Oubliés les mois de disette culturelle et d’isolement, pour l’instant... Les mesures sanitaires étant scrupuleusement respectée ici, tout était en ordre pour ouvrir les oreilles et enfin laisser son esprit se laisser emporter par la musique.

Pour commencer, le 14 juillet, rien de patriotique, Sylvanès s’est amusé à partir loin d’ici dans les terres stambouliotes autrefois celles de Constantinople.

Sept hommes placé sous la direction de Frédéric Tavernier-Vellas guidèrent les pas des 150 mélomanes présents dans la liturgie orthodoxe de saint Jean-Chrysostome. Plus tard, le dimanche, avant les bardes gaéliques de l’ensemble The Curious Bard qui enthousiasma le public, ce fut le Requiem de Mozart proposée par l’atelier choral-production sous la direction de Bernard Tétu dans une interprétation originale de Raymond Alessandrini. Solistes et chœur associés à deux pianos et des timbales. Original et magnifique !

Le public a été heureux de retrouver les belles voix d’artistes fidèles à Sylvanès, celles d’Anne Calloni, de Gaëlle Mallada, et de Bastien Rimondi notamment.

Une abbatiale pleine et fervente comme aux plus beaux jours des concerts sylvanésiens et un festival qui s’annonce sous les meilleurs auspices.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?