L'épidémie redémarre en Aveyron plus vite que dans n'importe quel autre département d'Occitanie

  • Le département est celui où le tauc d'incidence progresse de manière la plus rapide.
    Le département est celui où le tauc d'incidence progresse de manière la plus rapide. Illustration Centre Presse
Publié le

Pierre Ricordeau, le directeur régional de l'ARS a alerté, jeudi matin, sur la situation aveyronnaise. Le département est celui où le taux d'incidence progresse de manière la plus rapide.

L’Aveyron n’est pas épargné. L’épidémie de Covid-19 repart en France, et cette quatrième vague arrive par L’Occitanie et le littoral. Pierre Ricordeau, directeur général de l’Agence régionale de santé, était en déplacement jeudi matin à Rodez pour la remise de la Légion d’honneur à Nicole Cristofari, la présidente de l’ADMR 12, des mains de la ministre de l’Autonomie Brigitte Bourguignon.

À cette occasion, il a accepté de faire un point sur la situation sanitaire avec Centre Presse et a tiré la sonnette d’alarme. "L’épidémie est rentrée dans une course folle depuis une quinzaine de jours, prévient-il. Il faut bien que nos concitoyens se rendent compte que la vague que nous connaissons est d’une nature très différente de l’épidémie que nous avions jusque-là. Le variant est d’une telle contagiosité que nous connaissons une croissance de l’incidence totalement inédite."

Les jeunes particulièrement touchés

 Avec notamment, en Occitanie, des jeunes particulièrement touchés et un taux d’incidence qui a dépassé les 500 chez les 20-30 ans (215 en Aveyron). Autre signe d’inquiétude pour le responsable de l’ARS Occitanie, la remontée chez les personnes les plus âgées avec notamment 100 000 personnes de plus de 65 ans qui n’ont pas commencé leur schéma vaccinal. "Sans compter les personnes plus jeunes et qui ont des facteurs de comorbidité, enchaîne Pierre Ricordeau. Et même pour celles qui n’ont pas de facteurs à risque, quel que soit leur âge, elles risquent un Covid long avec un handicap de vie particulièrement important. Cela peut être des pertes de mémoire, du goût, de l’odorat, de la fatigue, des douleurs articulaires… On sait qu’environ 10 % des personnes qui vont attraper le virus vont faire un Covid long."

L'Aveyron flambe

Si la quatrième vague a démarré par le littoral, il semble qu’elle n’épargne pas l’Aveyron et ses zones rurales. Après s’être rapproché de zéro il y a seulement une quinzaine de jours, le taux d’incidence (le nombre de cas pour 100 000 habitants) est reparti fortement à la hausse. Mercredi, il a même repassé le seuil d’alerte des 50 (57). Une vitesse de reprise qui inquiète fortement le directeur général de l’ARS. "C’est une erreur de penser qu’on est plus protégé en Aveyron et que cette reprise ne concerne que le littoral, prévient-il. Quand on regarde le taux de croissance de l’incidence en une semaine, le taux le plus élevé dans la région est en Aveyron. Il y a, ici aussi une véritable dynamique qui s’est enclenchée."

Alors avec des chiffres encore inférieurs à la moyenne régionale, Pierre Ricordeau veut croire que la flambée peut encore être endiguée en Aveyron : "Il faut profiter du taux encore bas dans ce département pour être particulièrement vigilant afin d’essayer de ralentir cette vague, souffle-t-il. Mais il faut avoir en tête qu’elle est très importante et que la contagiosité du variant est très forte."

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

590 €

RODEZ/ST FELIX : beau Type 3 de 62m2 entièrement rénové dans résidence réce[...]

219 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Appartement en coeur de vil[...]

285 €

Situé à proximité de l'IUT, studio de 21 m2, entièrement rénové, comprenant[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
francoise1281 Il y a 2 mois Le 22/07/2021 à 18:36

Nul doute que l'ARS et la préfecture vont encore nous concocter des restrictions maison !
Bref, si nous voulons être épargnés par ce covid il ne nous reste plus qu'à aller à l'assemblée nationale puisque nos chers députés sont dispensés du pass sanitaire.