Aveyron : la quatrième vague de Covid-19 gagne "rapidement" du terrain

  • Valérie Michel-Moreaux  et Benjamin Arnal.
    Valérie Michel-Moreaux et Benjamin Arnal.
Publié le , mis à jour

La préfète de l’Aveyron, Valérie Michel-Moreaux, et le directeur départemental de l’Agence Régionale de Santé, Benjamin Arnal, ont indiqué hier que la situation se dégradait "très vite" en Aveyron. Sans pour autant prendre de nouvelles mesures. On fait le point.

"La situation se dégrade très vite !". Lors d’une conférence de presse, hier soir, la préfète Valérie Michel-Moreaux l’a confirmé : l’Aveyron est bel et bien entré dans la quatrième vague. Et il n’est pas épargné avec un nombre de cas qui grimpe en flèche, à l’instar du taux d’incidence. Inférieur à 50 il y a encore quinze jours, il affiche aujourd’hui un chiffre de 151,8 nouveaux cas pour 100 000 habitants… "L’épidémie ne progresse pas seulement sur le littoral dans notre région mais ici aussi", rappelle à son tour Benjamin Arnal, directeur départemental de l’Agence Régionale de Santé. Et à ce dernier de préciser des zones aujourd’hui particulièrement touchées : le Villefranchois, le Saint-Affricain ou encore le Ségala.

Pas de nouvelles mesures

Parmi les personnes les plus impactées, on retrouve sans surprise les jeunes, avec près de 60 % des cas positifs âgés de 10 à 30 ans. Et parmi lesquels "plusieurs n’étaient pas vaccinés", comme tient à le préciser Benjamin Arnal. Plusieurs établissements médico-sociaux et notamment des Ehpad ont récemment fait l’objet de signalements après la découverte de plusieurs cas. Un centre de vacances ainsi qu’un camping ont également été touchés, "sans pour autant parler de clusters, les contaminations étant rapidement freinées".

Je crois davantage à la vaccination et au pass sanitaire qu’au retour du masque dans la rue.
Valérie Michel-Moreaux, préfète de l’Aveyron

Face à cette nouvelle vague, une question a particulièrement animé la conférence de presse d’hier soir : à l’instar de certains de ses homologues, la préfète prendra-t-elle de nouvelles mesures ces prochains jours ? "Pas encore, je crois davantage à la vaccination et à l’application du pass sanitaire qu’au retour du masque dans la rue ", affirme Valérie Michel-Moreaux, tout en indiquant que l’objectif est désormais "de ne pas se faire dépasser par le virus".

Peu d’hospitalisations

Sur ce point-là, plusieurs signaux sont encore au vert dans le département. En premier lieu, le faible nombre de personnes hospitalisées en raison du Covid-19. Hier soir, elles étaient six, quatre à Villefranche-de-Rouergue et deux à Rodez. Surtout, on ne compte aucun patient en service de réanimation depuis plusieurs semaines. "On voit là les effets de la vaccination ", s’est félicité Benjamin Arnal. Une vaccination à laquelle les Aveyronnais ont particulièrement adhéré puisque 76 % des plus de 18 ans ont déjà reçu au moins une dose. Les six centres de vaccination du département ne désemplissent pas ces derniers jours d’ailleurs et ont atteint une fréquentation de 17 000 personnes la semaine passée. "C’est le meilleur moyen de retrouver notre liberté et une vie normale", assure la préfète, regrettant en conclusion que la dernière manifestation des "anti pass sanitaire", samedi à Rodez, n’ait pas fait l’objet d’une déclaration…

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

300 €

Studio proche de l'IUT et des grand axes. Il comprend une entrée avec placa[...]

49 €

Garage dans le quartier du Sacré Cœur à RODEZ à proximité immédiate du cent[...]

436 €

A louer appartement de type 1Bis d'une surface d'environ 40 m2, sis dans le[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Altair12 Il y a 1 mois Le 27/07/2021 à 07:22

Il eut été plus sage de prévenir que de guérir !
Quand je voyais ces attroupements de gens ne respectant pas du tout les mesures sanitaires sur le tour de France cycliste ou à Lille pour le retour des footballeurs par exemple je pensais que les pouvoirs publics étaient particulièrement inconscients ou lâches de laisser se produire de telles manifestations et que la 4° vague n'allait pas tarder !