Onet-le-Château : "Au nom de la liberté", un devoir de mémoire pour tous...

  • Chantal Lalle-Vadon en dédicace.
    Chantal Lalle-Vadon en dédicace. Centre Presse -
Publié le

Chantal Lalle-Vadon était ce dernier samedi, en dédicace à l’Espace culturel et lorsqu’elle montrait aux lecteurs intéressés, son dernier roman Au nom de la liberté, elle était à la fois émue et fière. "Je suis ravie d’avoir pu écrire ce livre, qui retrace la vie de mon père. Je l’ai édité à compte d’auteur pour l’avoir plus rapidement et c’était malheureusement prémonitoire… Le livre est sorti fin janvier 2021 et mon papa est décédé en avril, à l’âge de 96 ans…".

Ce papa chéri issu d’une famille aisée, dont le père est militaire de carrière, sera un très bon élève. À l’appel du 18 juin, le jeune homme (il a juste 17 ans) est marqué parce qu’il entend, pourtant rien ne le prédestinait au destin qui était en train de s’esquisser, lui qui était déjà en première et rêvait de devenir architecte. Mais il fugue avec un copain et ils rejoignent tous deux, l’armée des FL. Il y sera engagé et fera la campagne d’Italie, au volant d’une ambulance. Mais pour l’auteur, ce père dont elle est très proche ne se confie pas beaucoup sur ces années, qui ont pourtant fait basculer le cours de sa vie. "Il n’était pas très bavard, alors je raconte plutôt le roman de sa vie, celle d’un jeune promis à un bel avenir, qui va tout sacrifier, au nom d’un idéal de liberté. La Liberté avec un grand L, qui sera l’engagement de toute une vie.  Mon père a bien sûr, lu et validé, l’intégralité de mes écrits."

Préfacé par l’ancien ministre Hubert Falco, Chantal Lalle-Vadon espère que son livre sera un témoignage qui permettra à ses enfants et petits-enfants, mais aussi aux jeunes générations, de mieux comprendre le courage exemplaire d’un jeune, qui n’a pas hésité à se sacrifier pour les autres et pour la liberté en plongeant dans l’horreur de la guerre, mais a un seul regret  : "Papa est parti juste avant une première séance de dédicace, que nous devions faire ensemble, le 8 mai…"

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?