Decazeville : les Volets Bleus ne voient pas encore la vie en rose

Abonnés
  • Thierry Rigal maintient la convivialité dans son gîte, c’est l’essentiel.
    Thierry Rigal maintient la convivialité dans son gîte, c’est l’essentiel. Photo D. L.
Publié le

Aujourd’hui, premier volet d’une série sur les gîtes de l’ancienne cité minière. Thierry Rogal vous présente "Les Volets bleus".

Thierry Rigal a repris le gîte les Volets bleus, rue Camille-Douls, à Decazeville, en 2016, succédant à Jean Brin. Les gîtes en France se sont vraiment lancés au cours des années 1950. Ils ont pour but de favoriser des séjours touristiques, de servir d’étapes relais pour les grandes randonnées, améliorant au fil des ans des bonnes conditions d’accueil. Ils génèrent aussi une forme de ressourcement, un esprit de découverte et un goût de terroir au contact des territoires traversés.

Animaux acceptés

Les Volets Bleus ont été créés en 2005, suite à la montée en puissance du nombre des marcheurs sur le GR 65 (chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle). Ce point relais, véritable havre de paix avec son jardin dans l’arrière-cour, compte 15 couchages en dortoir ou en chambre. Thierry propose la demi-pension, incluant le repas du soir et le petit-déjeuner. Les animaux sont acceptés, d’ailleurs "on voit de plus en plus de pèlerins avec des ânes", constate notre logeur. Mais, depuis l’arrivée de la Covid-19, Thierry Rigal ne baigne pas dans l’euphorie. Les mots ne sont guère bleus et la vie est difficile à voir en rose.

En 2020, la saison n’a vraiment démarré qu’un juin, voyant arriver certains marcheurs désorientés, voire apeurés. Juillet et août ont été corrects. "Heureusement que nous avons eu des aides de l’État, on partait à la catastrophe", dixit le gérant des Volets bleus. 2021 a connu également un début tardif. Le constat est simple, il manque des randonneurs à l’appel. 98 % de Français, venant d’un peu toutes les régions avec une prédominance pour la Bretagne, le Nord et la Normandie ; quelques Allemands, Belges et Suisses, "à petites doses". Cette saison, beaucoup de pèlerins entreprennent leur circuit en individuel, les femmes dépassant les hommes en nombre. "On ressent que les randonneurs ont besoin de parler, ont envie de verdure et de calme. Cette crise est éprouvante pour tous. Espérons que nous reprendrons une vie normale en 2022. Je leur parle également du riche passé de l’histoire du Bassin afin qu’ils comprennent mieux notre territoire. Je peux par ailleurs accueillir des groupes pour des retrouvailles familiales ou entre copains", complète Thierry Rigal.

Informations au 06 49 89 97 16
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
D. L.
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

135000 €

Située sur la commune de DECAZEVILLE, sur un terrain de 719m2, une maison d[...]

35000 €

Decazeville centre : Appartement T3 situé au 1er étage d'un petit collectif[...]

116500 €

Au calme pour cette maison avec isolation interieur et extérieur proposant [...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?