Le "Magic Balsac" pour goûter à la douceur des airs

Abonnés
  • Situé au-dessus des vignes, un plateau dominant Bruéjouls et Clairvaux est le terrain de jeu apprécié des parapentistes.
    Situé au-dessus des vignes, un plateau dominant Bruéjouls et Clairvaux est le terrain de jeu apprécié des parapentistes.
  • Le "Magic Balsac" pour goûter à la douceur des airs
    Le "Magic Balsac" pour goûter à la douceur des airs
  • Le "Magic Balsac" pour goûter à la douceur des airs
    Le "Magic Balsac" pour goûter à la douceur des airs
Publié le

Alors que la pratique du parapente en Aveyron est souvent rattachée à Millau et ses hauteurs, il est aussi possible de s’exercer près de Rodez. Le club de la MJC a l’habitude de poser ses voiles sur un terrain de Balsac, qui offre une magnifique vue sur Bruéjouls et Clairvaux, et constitue une piste de décollage idéale pour les débutants.

On cherche toujours un lieu en hauteur et assez dégagé pour pouvoir décoller et se poser tranquillement. Quand on fait du parapente, on a la chance d’aller dans des endroits qui ne sont pas moches !" Question beauté, Jean-Paul Bouscary est servi. Le président du club de parapente rattaché à la MJC de Rodez et ses adhérents s’en mettent plein les mirettes lorsqu’ils posent leurs voiles du côté de Balsac, pour un petit moment de voltige.

Les parapentistes ont pris l’habitude d’utiliser comme piste de décollage un terrain perché au sommet d’une colline, situé à proximité d’un champ cultivé. Les deux parcelles sont d’ailleurs séparées par une manche à air, bien utile à ceux qui veulent décoller.

Idéal pour les débutants

Même s’il faut garer sa voiture assez loin et y accéder à pied, le lieu est assez connu des adeptes de sport de plein air, puisqu’il jouxte un sentier balisé arpenté par les traileurs et les randonneurs. Il faut dire que ce coin haut perché offre une vue magnifique. Non pas sur Druelle-Balsac, commune à laquelle il appartient pourtant, mais sur les villages de Bruéjouls et Clairvaux, ainsi que l’ensemble de la vallée au sein de laquelle ils sont paisiblement nichés.

"Le terrain est large et en légère pente", relève Jean-Paul Bouscary. Soit le lieu idéal pour s’adonner à la passion du parapente sans trop de difficulté. "C’est d’ailleurs le terrain sur lequel on amène les débutants pour leurs premiers vols", glisse le dirigeant. Pour autant, l’endroit ne permet pas toutes les folies. Impossible en effet d’attendre une colonne d’air chaud pour décoller très haut et faire des figures, comme aiment le faire les parapentistes aguerris. "En raison de la proximité de l’aéroport, nous ne pouvons pas décoller à plus de 50 mètres au-dessus du plateau", explique-t-il. Pas grave, il est toujours possible de prendre du plaisir autrement.

La restitution de chaleur, grand bonheur des parapentistes

Au-dessus de Bruéjouls et Clairvaux, les membres de la MJC s’adonnent à une navigation plus douce, en dominant la vallée. "C’est ce qu’on appelle le Magic Balsac, explique Thierry, un habitué du lieu. On peut voler durant longtemps en toute quiétude." En été, les amateurs de parapente déploient en effet leur aile pour profiter de ce qu’ils nomment la "restitution". Ce phénomène thermique se produit lors des jours chauds. "En fin de journée, l’air froid redescend dans la vallée et une vague d’air chaud remonte", précise-t-il. Une manière agréable de réaliser le rêve d’Icare, tout en profitant de la beauté du décor, baignée par la lumière du soleil couchant. "On vole, mais il n’y a pas la sensation d’affronter le vide, comme lorsqu’on fait du parachute ou du saut à l’élastique", ajoute Cédric, un autre pratiquant.

La sensation est d’autant plus plaisante qu’elle peut durer longtemps. "Certains soirs, la restitution de chaleur peut se prolonger de 19 heures à 22 heures, indique Cédric. Pour ma part, il m’est déjà arrivé de rester en l’air deux heures sans me poser au sol." De quoi se mêler donc aux buses, milans, hirondelles et autres oiseaux qui fréquentent le lieu. "Mais ils sont quand même meilleurs que nous, il n’y a pas photo", sourit Jean-Paul Bouscary.

"Bouffée d’oxygène"

Cela n’empêche toutefois pas les membres de la MJC, qui compte une soixantaine d’adhérents, de prendre leur plaisir dans les airs.

"Quand on a attrapé le virus du parapente, après, c’est fini. On ne peut plus s’en passer, avance Cédric. Pour ma part, j’ai découvert cette pratique il y a quelques années lorsque des proches m’ont offert un vol d’essai en tandem. Désormais, j’aime bien venir ici avec des potes. Après une journée de travail, c’est assez peinard. C’est une vraie bouffée d’oxygène."

"Nous venons très souvent ici, tout au long de l’année, explique José, en autre membre du club de la MJC. On ne se lasse pas du cadre !" D’autant que, au fil des saisons, le décor affiche d’agréables variations. "A l’automne, les vignes donnent une très belle coloration rouge au paysage, poursuit-il. En hiver aussi, c’est très beau, même si la végétation est moins abondante. Il y a un vrai plaisir de voler ici. C’est très doux et on a le temps de profiter du paysage."

Des départs depuisCassagnes-Comtaux

En tant que discipline de plein air, le parapente est évidemment soumis aux aléas climatiques. Et cela est aussi valable pour le choix du point de départ. Si les parapentistes souhaitent planer au-dessus de Clairvaux et Bruéjouls, ils doivent commencer à regarder dans quel sens souffle le vent avant de déployer leur aile. "Nous avons besoin d’un vent de face pour décoller", résume Jean-Paul Bouscary, le président du club rattaché à la MJC de Rodez. Le plateau situé sur la commune de Balsac, exposé plein Ouest, ne peut donc servir que si le vent souffle dans le bon sens. Dans le cas contraire, les inconditionnels de parapente doivent alors migrer sur un autre terrain, situé à l’opposé de la vallée, dans la commune de Cassagnes-Comtaux. "C’est aussi un très bel endroit, qui offre une très belle vue sur la vallée", précise Jean-Paul Bouscary.
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Guillaume Verdu
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?