"Chouquette" et Robin, la saga de l'été sur Instagram de Pénélope Boeuf captive les internautes

  • Pénélope Boeuf offre un roman presque quotidien de son aventure amoureuse pleine de rebondissements à ses followers sur Instagram.
    Pénélope Boeuf offre un roman presque quotidien de son aventure amoureuse pleine de rebondissements à ses followers sur Instagram. Photographie Pénélope Boeuf / Instagram
Publié le

(ETX Daily Up) - La saga de l'été, cette année, c'est sur Instagram que ça se passe. La podcasteuse et auteure Pénélope Boeuf offre un roman presque quotidien de son aventure amoureuse pleine de rebondissements. Les followers sont au rendez-vous et likent en masse cette série aussi délectable qu'inattendue.  

Vous avez pleuré devant "Coeurs Caraïbes" et sorti vos mouchoirs devant "Terre Indigo" ? Arrêtez tout, vous allez adorer votre nouvelle série de l'été. Car depuis le début du mois de janvier, "Pénouche" nous tient en haleine sur Instagram.

Vous avez dit Pénouche ? Oui, Pénouche comme Pénélope Boeuf. Cette podcasteuse et créatrice du studio La Toile sur écoute a cartonné avec son "Journal d'une confinée" (puis d'une déconfinée, puis du couvre-feu, puis d'une re-confinée, puis d'une re-reconfinée). Celle qui se décrivait comme "Entrepreneuse, célibataire ... et re-confinée" a déconfiné et rencontré quelqu'un.

Elle cumule plus de 3 millions de téléchargements sur ses podcasts. Ses deux dernières publications "La travailleuse acharnée" et "L'audacieuse effrontée" ont été reçues avec enthousiasme. Mais aujourd'hui, ses followers se passionnent pour sa nouvelle relation qu'elle met en récit sur Instagram. 

"Si c'était cool pourquoi il veut pas me revoir ?"

Les histoires d'amour s'écrivent à deux ou parfois, sur un ticket de caisse. Le 6 juillet au matin, Pénélope Boeuf se réveille après une nuit d'amour. Elle est seule. Sis sur sa table de nuit, un petit mot sur un ticket "0% bisphénol A" : "C'était cool ! xxx", y lit-on. Pénélope est perplexe. Elle juge ces mots "légers", voire "violents".

"J'ai trouvé ça sur ma table basse ce matin, au réveil (...) Si c'est moi qui étais partie de chez lui je lui aurais écrit un truc du genre : 'C'était chouette. Tu m'appelles ? 06XXXXXXXX'. Là, je ne sais pas comment je dois le prendre. En même temps il met que 'c'était cool', donc c'est qu'il a trouvé ça cool, non ? Mais c'est tout ? Il ne veut pas me revoir ? Si c'était cool pourquoi il veut pas me revoir ?".

Mais oui, pourquoi ne veut-il pas revoir Pénélope ? 

"Celui qui n'en peut plus rappelle l'autre"

Trois jours plus tard, l'inconnu, non pas du lac, mais du ticket, se manifeste : "Pénéloppe ?". "Non, moi c'est Pénélope", répond l'intéressée, à cheval sur ses consonnes. Elle se fait désirer. L'inconnu se justifie. Ivre au moment des faits, il n'en était pas moins sincère. Vexée, mais curieuse, la créatrice accepte un dîner dans la semaine.

Mais pour un homme amoureux, 48h, c'est long, beaucoup trop long. Il écourte : "Dispo ce soir ?". La jeune femme acquiesce et accepte la proposition pourtant jugée "chelou". Quelques sushis - dégustés avec de "vraies" baguettes" - et une nuit plus tard, Pénélope est conquise. Elle récupère sa petite culotte au petit matin, avant de sortir sur la pointe des pieds. Cette fois-ci, sur un post-it Saint-Laurent, c'est elle qui écrit le message : "Celui qui n'en peut plus rappelle l'autre ?". 

Nous sommes le 12 juillet, 24h à peine se sont écoulées. Pénouche l'avoue, elle est déjà "dans les filets" de cet homme. Celle qui avait pourtant posé les règles de ce jeu de séduction commence à vaciller. "Dis donc tu tiens le coup j'ai l'impression." Accro, elle écrit des messages à Robin - on apprend son prénom - sans lui envoyer, et attend qu'il craque. Deux jours plus tard, c'est la délivrance : "Je n'en peux plus Pénélope, je pense à toi matin et soir (le midi je me repose)". 

Chouquette

Les tourtereaux se revoient. Décidément peu enclins à traîner au lit ensemble le matin, le rituel du post-it continue. Autour d'un bol de chouquettes, Robin colle des messages mielleux :  "C'était fou !...", "Vite, ma dose". Une dose ? Tel une prise de drogue, Péné et Robin seraient-ils en train de se laisser aller à un amour toxique ? A cette hauteur de l'histoire, les followers sont suspendus à leur portable. 

 

Sauf que cette relation naissante qui s'emballe freine les ardeurs de Pénélope, rebaptisée Chouquette par l'amoureux. Robin veut la voir. Il l'appelle. Il insiste. "J'ai raccroché échaudée, se lamente-t-elle. Je suis la première à être passionnée, mais là, il est trop pushy (...) J'ai juste besoin de prendre l'air tout en étant à fond."

L'auteur confie à ses lecteurs qu'elle aimerait qu'il mette, "bordel", "un tout petit peu de distance". Elle continue : "J'ai besoin de galérer, de lui courir un peu après avant d'être en symbiose totale avec lui ", explique-t-elle sur Instagram. 

"Robin, Robin, Robin..."

19 juillet. Fausse alerte. "C'est bon, c'est bon, ça roule ! Trop de soucis pour rien. Il n'est pas non plus à badigeonner des mots d'amour et c'est tant mieux ! C'est quand même très bizarre cette histoire de resto et de biopic, c'est exactement TOUT ce que j'aime. Comment il sait tout ça ?? Il a écouté mes podcasts ?". Après que Robin ait organisé une soirée parfaite aux yeux de la créatrice, elle succombe à nouveau. Le 20 juillet, elle l'avoue sur Insta : elle est "accro", comme "envoutée". 

Mais l'histoire rebondit encore. Le 23 juillet, Robin rend visite à la jeune femme. L'homme émet des doutes, il a peur, il "revient de loin". "Et j'ai pas peur moi ?, objecte la jeune femme (...) On arrête tout c'est ça ? On arrête tout ? (...) J'ai pas envie d'être ta mère ni ton infirmière, j'ai juste envie d'être avec toi. Mais ça, là, comme ça, je peux pas. C'est pas pour moi. Je sais pas faire". Robin est face à une impasse. La charge émotionnelle est trop forte, il prend ses affaires, il part. 

Pénélope déprime. Robin l'obsède. Ses vacances arrivent. Elle part à Malte. "Je rêve que tu viennes à Malte, mais j'aime que tu choisisses Biarritz. Je rêve que tu m'appelles, mais j'aime que tu ne le fasses pas. Je rêve que tu me veuilles moi, moi et moi, mais j'aime que tu penses à toi", écrit la jeune femme, manifestement douée pour la contradiction. 

L'histoire allait-elle en rester là ? Non, car Robin a l'esprit chevaleresque. Le jour où elle doit prendre l'avion, la jeune femme aperçoit un paquet sur le pas de sa porte. C'est un cadeau de Robin. Le drame est balayé. "C'est bien de s'engueuler un peu, ça ouvre des perspectives originales de cadeau", balaye l'auteure du revers de la manche. 

10 722 kilomètres

Bronzette, transats et soleil. Pénélope est bien arrivée. Son amoureux lui envoie de petits messages charmants, leur complicité est au top. Mais Pénélope vacille à nouveau. Car Robin travaille sur un gros appel d'offre. S'il le remporte, il devra déménager à Singapour. La jeune femme compte les kilomètres : 10.722. Angoissée, elle appelle Robin à "2h12" du matin. Il la rassure. Rien n'est encore gagné. 

Mais là encore l'histoire prend un tournant inattendu. Robin envoie un message vocal à Pénélope le lendemain matin. Il veut qu'elle vienne vivre avec lui en Asie s'il remporte le marché. Pénélope est perdue. "Je ne peux pas mettre en péril tout ce que j'ai construit pendant plus de deux ans pour un homme (...) C'est tout envoyer valser parce qu'on aime à en crever." La messe est dite. Pénélope est amoureuse, mais c'est compliqué. 

Va-t-il gagner son appel d'offre ? Pénélope va-t-elle tout plaquer ? Leur amour qui dure déjà depuis 24 jours va-t-il survivre à l'été ? Réponse sur le compte Instagram de Pénélope Boeuf

  

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?