D'après une étude, les voyages d'affaires ne reprendront jamais leur rythme d'avant pandémie

  • les voyages d'affaires ne reprendront jamais leur rythme d'avant pandémie.
    les voyages d'affaires ne reprendront jamais leur rythme d'avant pandémie. sheilades / Getty Images
Publié le , mis à jour

(ETX Daily Up) - Les voyages d'affaires reprendront un rythme proche de la normalité d'ici fin 2022. Avec la pandémie, les entreprises américaines ont pris conscience des économies réalisées et ont adopté des alternatives technologiques pour remplacer les déplacements non essentiels. Elles ont aussi tiré des leçons environnementales poussant à réduire les émissions carbone.


Quelle place pour les voyages d'affaires dans le monde du travail post-Covid ? Alors que les entreprises ont limité les déplacements depuis le début de la pandémie transformant conférences et salons en événements en ligne, elles amorcent petit à petit un retour à la normale, avec des événements hybrides et des voyages indispensables. 

Selon la dernière étude* du cabinet Deloitte sur l'organisation des voyages d'affaires, au deuxième trimestre 2021, 13% des entreprises interrogées entendaient allouer aux déplacements professionnels entre 25 et 49% des dépenses voyages de 2019 tandis que seul 1% des compagnies pensaient dépenser les mêmes montants qu'en 2019. A ce stade, le voyage d'affaires reste nécessaire que si la présence physique se dit indispensable.

Les projections du cabinet estiment un retour "à la normalité sans reprise complète" aux troisième et quatrième trimestres 2022. Fin 2022, les voyages d'affaires aux Etats-Unis pourraient atteindre 80% des niveaux de 2019. "Cela représenterait une croissance multipliée par 4 par rapport à l'été 2021", détaille l'étude.

Deux facteurs remettent en question l'essentialité du voyage d'affaires 

La baisse de rythme des voyages d'affaires n'est pas uniquement due à la pandémie de Covid-19 et aux difficultés de déplacements en temps de pandémie. Cette crise sanitaire a permis de prendre conscience aux entreprises de certains comportements néfastes, notamment en matière d'écologie. 

Depuis 2020, l'engagement vert des entreprises s'est fortement développé et près de 31% des compagnies déclarent s'engager dans la réduction des émissions carbone dans un délai précis et d'ores et déjà défini. 

"Une société de conseil, par exemple, peut lier 80% ou plus de ses émissions de carbone aux déplacements. En revanche, une entreprise minière ou énergétique pourra fixer ce pourcentage à 5%", écrit la journaliste de Business Travel News (BTN). Les émissions carbone varient alors selon l'activité, impliquant chaque entreprise à faire son propre diagnostic. La journaliste de BTN souligne que la pandémie "a attiré l'attention de presque toutes les entreprises sur leurs pratiques en matière de voyages d'affaires".

Outre l'aspect écologique, les entreprises ont pris conscience des économies réalisées durant ces mois d'arrêt. Amazon dit avoir économisé près d'un milliard de dollars en frais de voyage en 2020 quand Google annonce une économie de plus d'un milliard de dollars. 

*Enquête menée du 28 mai au 10 juin 2021 auprès de 150 travel managers, cadres aux titres divers et chargés de la supervision des budgets de voyage. Deloitte a mené des entretiens parallèlement à l'enquête, avec des cadres d'entreprises dont les dépenses aériennes de 2019 s'élevaient en moyenne à 123 millions de dollars US.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?