La chirurgie réfractive pour voir sans lunettes

  • La chirurgie réfractive pour voir sans lunettes
    La chirurgie réfractive pour voir sans lunettes
Publié le

Myope, hypermétrope, astigmate… tous les défauts visuels sont corrigeables par la chirurgie réfractive depuis de nombreuses années déjà. Les technologies n’ont toutefois cessé de s’améliorer et les effets indésirables de s’amenuiser. Qui peut en bénéficier ? Comment ça marche ?

La chirurgie réfractive correspond aux opérations, notamment au laser, permettant de corriger la vision afin que le patient n’ait plus besoin de porter de lunettes ou de lentilles. Que le patient soit myope, hypermétrope astigmate ou presbyte, à peu près tous les troubles visuels peuvent ainsi être corrigés de manière définitive.

Comment ça marche ?

Il existe différentes techniques pour corriger un trouble visuel. Toutes consistent à remodeler la forme de la cornée. Dans la myopie par exemple, afin de réduire le pouvoir de focalisation de la cornée, le chirurgien amincit la cambrure de la cornée par une sculpture laser. La cornée est plus mince au centre après traitement. Réalisée sous anesthésie locale, l’intervention est indolore et dure quelques minutes.

Parmi les techniques, on peut citer la PKR et le LASIK :

– La PhotoKératectomie Réfractive ou PKR est un laser de surface. La sculpture cornéenne par laser est alors réalisée directement sur la surface de la cornée. La PKR est très rapide, strictement indolore, mais il est nécessaire de porter pendant quelques jours une lentille de contact. Celle-ci a un but antalgique et favorise la cicatrisation.

– Le LASIK permet de sculpter directement le stroma cornéen, c’est-à-dire l’intérieur de la cornée, en retirant momentanément une petite partie superficielle de la cornée. La sculpture proprement dite est alors réalisée puis le volet est reposé. La récupération visuelle est plus rapide dans ce cas.

Qui peut en bénéficier ?

Seuls les adultes peuvent prétendre à cette intervention de confort. Le défaut visuel doit avant tout être stable. La stabilisation chez le myope survient le plus souvent après 20 voire 25 ans. Dans tous les cas, une consultation pré-opératoire avec un bilan complet est nécessaire afin d’écarter toute contre-indication et de déterminer la technique à utiliser.

Combien ça coûte ?

Le tarif des interventions varie selon la technique utilisée. En 2019, l’opération avec PKR coûtait 1 000 euros par œil tandis que celle au LASIK coûtait 1 300 euros par œil. L’Assurance-maladie ne prend pas en charge ces chirurgies. Aucun arrêt maladie ne peut être délivré dans ce cadre. Certaines mutuelles remboursent parfois une partie des frais.

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?