Les entreprises de l'Aveyron tiennent le choc

Abonnés
  • Les craintes persistent pour les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration.
    Les craintes persistent pour les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration. Archives CP
Publié le

Nombre de créations d’entreprises, baisse du volume des défaillances et bon moral des entrepreneurs : l’ensemble des indicateurs atteste d’une surprenante vitalité du tissu économique local dans un contexte sanitaire difficile.

C’est un chiffre en augmentation constante depuis deux ans, selon les données de la chambre de commerce et d’industrie. Au long de l’année 2020, 2 433 entreprises ont été créées. Le secteur gros, détail, transport et hébergement concentre 27,2 % de ces créations qui ont été réalisées en période de forte circulation du covid-19… et de ralentissement de l’activité économique.

"Le Covid, facteur déclenchant"

Un pari risqué mais relevé, donc, par 2 433 chefs d’entreprise, dont Mathilde Scheuer et Thomas Hugonnenc, anciens de Nutergia et aujourd’hui à la tête de Hollis, qui œuvre dans le domaine des compléments nutritionnels. "Pour nous, le Covid a été un le facteur déclenchant, le confinement a été un déclencheur", analyse Mathilde Scheuer. "J’avais envie de revenir travailler dans l’Aveyron. Nous voulions tous les deux travailler avec nos valeurs, redonner une autre dimension à notre travail quotidien", explique la jeune femme. L’entreprise a été créée en septembre 2020 et a commencé à commercialiser en mars 2021, dans un contexte de fort regain d’intérêt pour la vente à distance, mais aussi les compléments alimentaires.

"Les entreprises de l’Aveyron ont fait face", affirme Dominique Costes, président de la chambre de commerce et d’industrie de l’Aveyron. Sur les cinq dernières années, le nombre d’entreprise dans l’Aveyron a crû de 32 % et celui des salariés de 2 %, et cette dynamique n’a pas faibli malgré la présence du virus. "On ne peut que s’en féliciter, poursuit le président, c’est une bonne nouvelle que, dans un contexte difficile, tant de gens s’installent, qu’ils croient en l’avenir et qu’ils aient confiance en notre économie".

Les craintes ne semblent cependant pas totalement dissipées pour le responsable de la CCI de l’Aveyron. "Il ne faut pas oublier que nous allons continuer tout de même à avoir des secteurs en tension, voire, pour certains, en souffrance, comme l’hôtellerie, la restauration. Avec le pass sanitaire, ça risque d’être très compliqué pour ces secteurs d’activité", explique Dominique Costes.

Cette bonne vitalité économique se constate aussi à l’échelle de la région Occitanie, où l’ensemble des départements a vu croître le nombre des créations d’entreprises.

En chiffres

15 586 établissements dans l’Aveyron au 20 avril 2021, un chiffre en hausse de 32 % sur cinq ans. Ces entreprises emploient 47 062 salariés.

4 985 des sociétés aveyronnaises travaillent dans le commerce, pour un total de 14 659 salariés, ce qui fait du secteur le premier employeur du département.

76 %, le taux de pérennité à 3 ans, qui est de 59 % à 5 ans après la date de création de l’établissement.

Défaillances d’entreprises : l’Aveyron à son plus bas niveau depuis 1990

Les données compilées par l’Institut national de la statistique et des études économiques au sujet des défaillances d’entreprises sont elles aussi plutôt rassurantes. Aucune vague ne semble s’être abattue sur le département, comme redouté par beaucoup et, au mois de mai 2021, 70 jugements ont été prononcés.Le chiffre de ces défaillances est stable sur l’année, avec en moyenne 82 jugements prononcés chaque mois.Similaire au dépôt de bilan, la défaillance est actée à partir de l’instant où une procédure de redressement judiciaire est ouverte contre une société.Malgré le contexte sanitaire, l’Aveyron se situe actuellement à son plus bas niveau depuis 1990, où l’Insee enregistrait près de 120 jugements par mois.Suivront, au terme d’une lente mais sûre montée en puissance, deux années noires pour l’économie locale : 2009, avec en moyenne 169 jugements mensuels et 2014, où l’on en a comptabilisé 184 chaque mois.
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Xavier Buisson
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?