La Malène : un saut de l’ange dans les gorges du Tarn

Abonnés
  • Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn
    Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn
  • Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn
    Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn
  • Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn
    Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn
  • Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn
    Un saut de l’ange sur les gorges du Tarn
Publié le

Le "107", à La Malène, en Lozère, à quelques kilomètres de la "frontière" aveyronnaise, propose de découvrir les gorges du Tarn autrement.

Les arbres ne forment plus qu’une gigantesque forêt grimpante sur les reliefs. Les rayons du soleil réfléchissent sur le Tarn, illuminant les canoéistes qui fendent l’eau de quelques coups de pagaie. Pas de doute, le paysage est beau. Si beau, qu’il va falloir plonger dedans d’ici quelques minutes. Maintenir le regard droit vers les collines, les bras ouverts, et surtout garder le cerveau bien éteint.

" C’est la position du saut de l’ange ", explique David Holderle responsable du saut à l’élastique "le 107", à La Malène, en Lozère. "Regardez-moi ce paysage, on a le plus beau bureau du monde", ajoute-t-il. Il y a de quoi le croire puisque l’activité a été élue plus beau saut à l’élastique d’Europe "sans qu’on n’ait rien demandé à personne en plus !"

"C'est ici que j'ai fait mon plus beau saut"

Le passionné d’adrénaline continu : "C’est ici que j’ai fait mon plus beau saut à l’élastique. C’était en 2012." Âgé de 49 ans, David Holderle a réalisé son premier saut à 14 ans. "C’est Hervé Tarrusson qui m’a fait sauter. Et aujourd’hui, il est l’un de mes associés avec Laurent Bonicel, c’est drôle hein ?", s’amuse le passionné. S’amuser, c’est d’ailleurs le principe numéro un de David Holderle. Cet amoureux des sports en plein air possède une double casquette : moniteur de ski l’hiver et de saut à l’élastique l’été. Il met un point d’honneur à ce que les gens prennent du plaisir : "Ce n’est pas un manège ici. Un manège, tu arrives, tu t’assieds et c’est un monsieur qui contrôle la machine. Le saut à l’élastique, personne ne décide pour toi quand ça part. C’est toi qui sautes quand tu es prêt. Quand j’ai des jeunes, je fais très attention à ce que ce soit leur choix. Je ne veux pas que les parents les poussent… Dans tous les cas, on veut faire plaisir, c’est gratifiant de faire plaisir."

Aujourd’hui, David Holderle est accompagné d’Émilien, qui l’aide à préparer les jumpeurs. Les deux acolytes se transforment parfois en psychologues pour rassurer les moins téméraires. "C’est normal d’avoir peur, surtout la première fois. Mais le corps s’habitue à tout. Même au vide", explique-t-il sérieusement pendant qu’Émilien échange avec un client un brin impressionné : "ça fait longtemps que vous travaillez ici… ?" "Non non…, répond Émilien, hier j’étais charcutier." À titre informatif, Émilien travaille dans le domaine depuis cinq ans.

La sécurité avant tout

Les curieux qui bondissent dans la bouche des gorges du Tarn sont nombreux. Les profils sont variés, raconte le responsable : "Le plus jeune que j’ai vu sauter avait 11 ans. Le plus vieux 83. Avec le saut à l’élastique, toutes les classes sociales se confondent. Les barrières tombent. Ici, on se tutoie directement, c’est un milieu sans stress, les rapports humains sont assez simples."

David Holderle aime donner le sourire aux gens mais, malgré ses airs de blagueur détendu, il reste très professionnel. S’il vous demande d’effectuer le saut de l’ange comme expliqué plus haut, aucun risque de les rejoindre. "Je suis très à cheval sur la sécurité. Parfois même un peu trop mais je préfère. Il faut être perfectionniste dans ce métier. Quand je demande aux gens de bien tendre les bras et de regarder les collines au loin, c’est pour qu’ils profitent à fond du saut et du paysage."

Alors, rendez-vous la tête en bas…

Plus d’informations au 06 87 17 12 12 ou sur le site internet : www.le107.com Prix du saut entre 90 et 120 € suivant les prestations demandées (vidéo…).

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Midi Libre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?