L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac

Abonnés
  • L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
    L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
  • L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
    L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
  • L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
    L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
  • L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
    L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
  • L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
    L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
  • L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
    L’esprit de Saint-Jacques, de Conques à Livinhac
Publié le , mis à jour

La cinquième étape du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en Aveyron, conduit le randonneur de Conques à Livinhac-le-Haut. Sur sa route, le pèlerin va pouvoir s’émerveiller des paysages ouverts, profiter des rencontres toujours enrichissantes faites en chemin.

Conques s’éloigne déjà. Le marcheur enjambe le pont en pierre qui traverse le Dourdou et rejoint après une longue montée la chapelle Sainte-Foy. Un panorama unique s’ouvre alors sur le village et son abbatiale si caractéristique.

À l’intérieur de celle-ci, le visage tourné vers le petit autel, un pèlerin termine sa prière avant de reprendre son sac à dos et sa marche en direction de la prochaine étape. Depuis le début de cette randonnée sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, pour la partie aveyronnaise en tout cas, les profils des randonneurs varient et difficile d’en donner la définition exacte : il y a bien sûr ceux qui s’élancent sur le GR65 en quête d’une certaine spiritualité, d’autres qui sont là pour le plaisir de marcher et de l’effort physique. La suite du tracé donne raison à ces derniers. Le chemin continue de grimper jusqu’à la crête et s’élève au-dessus de la vallée.

Peu après le village de Noailhac, le chapelle Saint-Roch offre une représentation du pèlerin d’autrefois, imagé et romancé, que l’on représente toujours avec le bourdon et les coquilles.

Scapulaire

Son image fut particulièrement invoquée au moment des épidémies de peste et, vers le XVe siècle, il prit la place de Saint-Jacques dans de nombreuses églises et chapelles autrefois dédiées à l’apôtre de l’Espagne.

Ces derniers jours, les célébrations religieuses ont rythmé la vie de la petite chapelle. Le père Jean Daniel, déjà rencontré à Conques, et reconnaissable de loin avec son scapulaire blanc caractéristique de l’ordre des Prémontrés, déjeune avec des amis après avoir organisé un office, quelques heures plus tôt.

Cette année, les contraintes sanitaires ont empêché de nombreux fidèles d’assister à ces célébrations. Mais "nous avons tout de même accueilli de nombreux pèlerins et marcheurs, explique-t-il. Durant toute la saison, nos bénévoles sont mobilisés pour s’occuper d’eux le mieux possible." Cet esprit si particulier qui souffle sur le GR65 est recherché par certains. Au fil des kilomètres, des pas qui s’enchaînent, le pèlerin s’en imprègne, s’en revêt en même temps qu’il se déleste de ce surplus rapporté parfois par un quotidien étouffant.

Cette portion du GR65 en Aveyron conduit le marcheur jusqu’à Decazeville. Une variante propose de contourner la ville. Mais franchement, pourquoi se priver d’une halte à l’église Notre-Dame et ses quatorze tableaux du chemin de croix de Gustave Moreau ? Un patrimoine relativement méconnu qui mérite pourtant que l’on s’y arrête.

Rencontre

Il reste encore une poignée de kilomètres avant l’arrivée à Livinhac-le-Haut. Le "jacquet" passe d’une vallée à l’autre, et retrouve le Lot qu’il avait quitté lors de la précédente étape. Une fois la rivière franchie, le chemin mène au cœur du village.

Le sac à dos posé au pied de l’église, une jeune femme prend le soleil, boit quelques gorgées d’eau avant de repartir à grandes enjambées vers sa prochaine étape, Montredon.

"Au départ, je n’étais pas venu ici pour faire le chemin de Saint-Jacques en particulier. Juste pour marcher et me vider la tête, confie-t-elle. Seulement, je me suis rendu compte que ce n’était pas forcément le chemin à proprement parler qui faisait sa particularité. Mais ce sont les gens qui l’empruntent. Quelle que soit leur raison. Je ne suis pas croyante, mais on ne peut qu’être sensible à cet esprit."

Vingt-cinq kilomètres plus loin, Figeac marquera la fin de la portion aveyronnaise du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en Aveyron. Pour beaucoup, cette traversée du département n’est qu’une étape sur le GR65. Mais une étape remarquable.

En pratique

Départ depuis Conques avant de traverser le Dourdou puis de grimper vers la chapelle Sainte-Foy. L’itinéraire rejoint ensuite Noailhac puis Decazeville avant de redescendre vers Livinhac-le-Haut.Ville de départ : Conques.Difficulté : moyenne.Distance : 23,5 km.
Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Livinhac-Le-Haut

155500 €

Sur les hauteurs de Livinhac-le-Haut : Maison récente (2013) de type 4/5 co[...]

86000 €

MAISON DE VILLAGE de 100m2 avec 3 chambres cuisine salon salle d'eau 2 wc s[...]

85600 €

LIVINHAC LE HAUT - Maison à colombages Dans un quartier tranquille tout en [...]

Toutes les annonces immobilières de Livinhac-Le-Haut
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?