Rodez : Aniane fait rimer imagination, création et édition

Abonnés
  • Passionnée de dessins et d’écriture, Aniane vient d’éditer un livre pour enfants.
    Passionnée de dessins et d’écriture, Aniane vient d’éditer un livre pour enfants.
Publié le

Anne Degardin, alias Aniane, a un peu mis sa vie de femme d’affaires entre parenthèses pour se consacrer, presque exclusivement à ce qui la fait vibrer depuis toujours : la création artistique.

Sa tête de spécialiste en droits des affaires – elle est titulaire d’un Master II dans ce domaine – est pleine de textes de loi, de formules et de tout ce qui a contribué à faire d’elle une femme d’affaires comblée. Pour autant, la place qu’il reste entre ses deux oreilles semble infinie au regard des nombreux projets artistiques qu’elle imagine et développe au quotidien dans son appartement atelier de la rue du 11-Novembre. Aniane, alias Anne Degardin et la création artistique c’est une longue histoire commencée lorsqu’elle était encore une enfant. "J’ai toujours été attirée par l’art, le dessin et tout ce qui a attrait à la création artistique, à la magie et aux mondes imaginaires peuplés de fées, de gnomes, et de petits lutins", raconte l’artiste dont certaines des créations viennent d’être labellisées "Fabriqué en Aveyron".

Aniane a pourtant dû très vite se résoudre à laisser tout cela de côté. La faute à des parents qui imaginent un tout autre avenir pour leur fille. Quelque chose de plus sérieux.

Elle renonce aux Beaux-Arts

Elle met alors un mouchoir sur ses envies et se consacre à ses études à plein temps. Mais sa fibre artistique restée en veille ne tardera pas à la titiller à nouveau. Notamment en classe, avec un prof qui décèle très vite chez elle son aptitude au dessin. Persuadé qu’elle possède les bagages nécessaires pour se consacrer à l’art, l’enseignant va même l’aider à monter le dossier d’entrée aux Beaux-Arts. Mais au fond d’elle, c’est à la prestigieuse école Boule qu’elle souhaite faire ses armes. Toujours est-il qu’elle réussit à décrocher le sésame lui permettant d’intégrer les Beaux-Arts. "J’avais entendu que le bizutage que l’on faisait subir aux nouveaux élèves était terrible", raconte Aniane aujourd’hui. "Alors, je ne me suis pas présentée aux cours. En faisant cela, je savais que je m’éloignais un peu plus de mes envies", concède-t-elle.

Un renoncement qui va la conduire à intégrer la Fac de droit à Angers. De quoi ravir ses parents. D’autant plus qu’à l’issue de ses cinq années d’étude elle ressort avec un Master II en Droit des affaires en poche. Annie comme on l’appelait à l’époque – son nom d’artiste est la contraction de son prénom et de son surnom Anne et Annie – se lance dans les affaires. Elle ne tardera pas à créer son entreprise et emploiera jusqu’à huit salariés.

Artiste touche à tout

Mais la création reste un fil conducteur dans sa carrière de chef d’entreprise et de maman. Connue dans l’univers de la broderie, Aniane présente ses réalisations au Japon. Puis elle expose à Singapour tandis qu’elle sort en France un livre de modèles à broder devenu une référence.

Fidèle à la création textile, Aniane développe une gamme de supports à broder et de linge de maison qu’elle dessine. Elle se consacre à ses collections, entre salons et expositions pendant de nombreuses années. Sa créativité s’applique aussi à la gourmandise.

La maîtrise du sucre d’art

Pour apprendre à manier le sucre, elle suit des cours chez Lenôtre et apprend à maîtriser le sucre d’art en même temps que la fabrication de sucettes, berlingots fourrés, guimauves, caramels, ou encore nougats. Des confiseries qu’elle réalise sur mesure pour les événements de maisons prestigieuses, notamment de haute couture.

Tout va pour le mieux pour la chef d’entreprise. Jusqu’à ce que survienne un événement qui va la contraindre à lever le pied. L’heure est au questionnement et à la réflexion. Le temps qui passe. Elle prend aussi conscience que l’heure est venue de se réaliser comme artiste.

Et quel meilleur endroit que l’Aveyron pour le faire ? L’Aveyron où sa fille a repris un gîte du côté d’Espalion. Et avec une mère débordante d’imagination comme ça, quel nom pensez-vous qu’elle lui a donné ? "Le Puits enchanté".

"Il faudrait que j'aie pignon sur rue"

Aniane, quant à elle, continue de fourmiller de projets. Son premier livre pour enfants vient de sortir et sans grande surprise, il rencontre un vif succès. Actuellement disponibles uniquement sur la toile, ses créations manquent un peu de visibilité. "Il faudrait que j’aie pignon sur rue, mais dans ce contexte de crise sanitaire, j’hésite", conclut l’artiste pleine de sagesse.

Ceux qui souhaitent découvrir le monde merveilleux d’Aniane, peuplé d’êtres fabuleux, peuvent toujours consulter son site internet www.anianecreations@gmail.com ou prendre rendez-vous pour visiter son atelier en téléphonant au 06 64 76 02 88.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Rachid Benarab
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

125000 €

Rodez, quartier calme et agréable, grand appartement traverssant de type 3 [...]

285 €

Appartement situé au 3ème étage L'appartement est composé : - D'un hall d[...]

80000 €

A VENDRE RÉSIDENCE GREEN PARK ? LANCEMENT COMMERCIAL Dans une Résidence neu[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?