Olivier Blanco, nouveau directeur adjoint du Sdis de l'Aveyron : l’esprit de famille

  • Le colonel Olivier Blanco. Le colonel Olivier Blanco.
    Le colonel Olivier Blanco.
Publié le

Son père, son oncle et quelques autres éléments masculins de sa famille lui ont montré la voie avant de lui confier un casque. Olivier Blanco a grandi dans une famille de sapeurs-pompiers, autant dire qu’il est tombé dans cette potion magique quand il était tout jeune.

Une potion qui lui a donné l’énergie de franchir les étapes qui l’ont conduit, à 48 ans, à devenir colonel. Et directeur adjoint du Sdis, son premier poste au sein d’un corps départemental. "Je suis ici pour apprendre", souffle-t-il humblement.

Le baptême du feu, ce solide Ariégeois va l’avoir à 16 ans en devenant volontaire, comme on pouvait l’être à cet âge à cette époque. Sa passion le pousse aux responsabilités, le voilà, après des études d’officier, plus jeune lieutenant de France. Une formation à Limoges le mène quelques kilomètres plus loin à Saint-Junien, pour en diriger le centre de secours. Nous sommes en 1999, il aura à gérer une fin de siècle dominée par une redoutable tempête.

En 2002, il quitte la Haute-Vienne pour revenir en Midi-Pyrénées, région qu’il affectionne. Ce sera Tarbes en 2002, où il créera le centre de secours école et travaillera sur le volontariat et l’opérationnel. Il laisse le terrain en 2016 pour rejoindre, au ministère de l’Intérieur, la Direction générale de la sécurité civile et participer à la création de l’agence numérique : il développe notamment le logiciel d’alerte et d’intervention dont l’Aveyron devrait être équipé en 2024. Retour dans la région, responsable du groupement des territoires dans le Lot et un an plus tard en 2020, réussit le concours de colonel. Depuis le 1er août, le voilà adjoint du colonel Souyris dans ce département qu’il aime déjà.

Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?