Pour Mathis Ayral, le raisin, le fruit de sa passion

Abonnés
  • Après deux ans de BTS "viticulture et œnologie" en alternance à Gigondas et à Orange, Mathis Ayral intègre l’école d’ingénieur de Purpan à Toulouse.
    Après deux ans de BTS "viticulture et œnologie" en alternance à Gigondas et à Orange, Mathis Ayral intègre l’école d’ingénieur de Purpan à Toulouse. Rui Dos Santos
Publié le

(3/4). Si les vignes aveyronnaises sont entre de bonnes mains sur les quatre appellations d’origine contrôlée (AOC marcillac, côtes de millau, entraygues-le fel, estaing) et les IGP (indications géographiques protégées), certains passionnés sont installés dans d’autres départements. Ils se disent propriétaire récoltant, viticulteur, paysan vigneron ou bien étudiant en viticulture et oenologie... C’est le cas, par exemple, de Mathis Ayral. Le jeune Ruthénois a fait ses classes à Gigondas, dans le Vaucluse, durant deux ans, et, alors qu’il n’a pas encore soufflé ses vingt bougies, il veut continuer à apprendre en intégrant l’école d’ingénieur de Purpan à Toulouse. Avant de vinifier peut-être un jour son propre raisin... 

Mathis Ayral a vu le jour à Rodez, en 2001. Il pourrait donc être le fils de Sébastien Galtier. Il a d’ailleurs seulement quelques mois de plus que l’aîné de l’ancien rugbyman professionnel, installé depuis 2013 à Gignac, dans l'Hérault, où il a donné naissance au Mas des Colibris.

2001, une bonne année pour le vin ? Plutôt correcte pour les moelleux. "C’est vrai que je suis un garçon assez doux", s’amuse celui qui a grandi dans le chef-lieu aveyronnais, "dans une famille qui s’intéresse de près au vin  mais dans laquelle personne n’est impliqué professionnellement". "Je connaissais le produit fini car mes parents m’ont initiéà la dégustation", confirme-t-il.Le bac en poche, ce grand passionné d’aviation voulait en faire son métier, mais un test des yeux en a décidé autrement. En revanche, les sensations au niveau du palais et du nez étaient intactes !

"Les arts de la table, la sommellerie, la filière du vin m’intéressaient", reconnaît-il. Il a porté son choix sur un BTS "viticulture et œnologie" à Orange en alternance. Pour la structure hôte, il a pu compter sur Pierre Bonnefous, caviste à Rodez (Cave Ruthène) et proche de la famille. Celui-ci l’a orienté vers Louis Barriuol, fournisseur et ami, à la tête du Château Saint-Cosme et président de l’appellation gigondas dans le Vaucluse.

Mathis Ayral vient de boucler ses deux ans et il a "des étoiles dans les yeux". "Je n’ai pas vu passer le temps, poursuit-il. C’est une grande maison et le plaisir a été à la hauteur de la qualité des vins produits". Après quelques jours de vacances, il va intégrer l’école d’ingénieur de Purpan à Toulouse, "afin d’avoir un bagage scientifique agricole et sur la vigne plus poussé". Et après ? "Chaque chose en son temps", conclut-il.       

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Rui Dos Santos
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

425 €

Vous êtes à la recherche d'un appartement entièrement refait à neuf pour vo[...]

1490000 €

A 25 km de Rodez et à 500 mètres à pied d'un pittoresque village médiéval a[...]

230 €

Proche centre-ville, studio non meublé de 15m² situé en rez-de-chaussée. Ki[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?