Des gorilles testés positifs au coronavirus dans un zoo d'Atlanta, contaminés par l'homme

  • A 98 %, le gorille présente les mêmes génomes que l'être humain.
    A 98 %, le gorille présente les mêmes génomes que l'être humain. Repro CP - Archives
Publié le

L'homme pourrait ainsi devenir un danger pour les primates, voire d'autres espèces d'animaux.
 

L'homme est-il devenu un danger pour les primates ? Plusieurs gorilles du zoo de la ville d'Atlanta en Géorgie (sud des Etats-Unis) ont été testés positifs au coronavirus, treize selon the Atlanta Journal Constitution, le quotidien de la ville.

Les animaux, des gorilles des plaines de l'Ouest, avaient subi des tests après que des soigneurs les ont vus tousser et présenter d'autres symptômes. Certains présentant des risques de complications ont été soignés avec des anticorps monoclonaux et les 20 gorilles que compte le zoo ont tous été testés.  Selon le site suisse d'informations Watson, la direction du zoo estime que les gorilles ont été contaminés par un soignant asymptomatique, "même s’il avait été pleinement vacciné et portait un équipement de protection".

Il existe un vaccin pour animaux développé par la firme Zoetis. Celui-ci sera administré aux gorilles du zoo d'Atlanta, ainsi qu'aux tigres, lions et panthères. Car si les génomes de l'être humain et du gorille sont semblables à 98 %, Watson rappelle que l'homme peut transmettre le Covid à d'autres espèces animales. En juin 2021, l'Inde avait  fermé ses réserves de tigres suite à des cas d'infection et le décès d'un lion des suites du Covid. D'autres cas avaient été relevés ailleurs dans le monde, notamment dans le zoo du Bronx sur des tigres et des lions.

Et déjà, en janvier 2021, trois gorilles avaient été testés positifs au virus au zoo de San Diego.

 

Le point de la pandémie dans le monde

  • Le gouvernement britannique renonce au passeport vaccinal

Le gouvernement britannique a annoncé dimanche avoir renoncé à son projet d'introduire un passeport vaccinal pour accéder aux discothèques et autres endroits très fréquentés en Angleterre, le jugeant superflu en raison du succès de la campagne de vaccination contre le Covid-19."Je n'ai jamais aimé l'idée de dire aux gens de devoir montrer leurs papiers (...) pour faire ce qui est simplement une activité courante", a déclaré le ministre de la Santé, Sajid Javid.

Chaque nation constitutive du pays étant compétente pour les restrictions anti-Covid, l'Écosse a elle décidé d'introduire, dès le 1er octobre, un certificat de vaccination pour accéder aux discothèques et à certains événements, afin de freiner la hausse des cas attribuée à la rentrée scolaire.

  • L'Irak reçoit plus de 100 000 doses de vaccin AstraZeneca

L'Irak a reçu 100.800 doses du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, a annoncé l'Unicef dans un communiqué, un don de l'Italie dans le cadre du programme Covax pour un pays où la population reste sceptique face aux vaccins.

A ce jour, plus de quatre millions de personnes ont reçu une ou deux doses d'un vaccin anti-Covid, selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, soit environ 10% des quelque 40 millions d'Irakiens.

  • Bangladesh : réouverture des écoles

Les écoles du Bangladesh ont rouvert après 18 mois de fermeture due à la pandémie, l'une des interruptions de scolarité parmi les plus longues au monde, tandis que l'Unicef a alerté sur les "inégalités croissantes" auxquelles sont confrontés les enfants d'Asie du Sud.

À Dacca, la capitale, les élèves d'une école ont été accueillis avec des fleurs et des bonbons et on leur a demandé de porter des masques et de se désinfecter les mains.

  • Plus de 4,6 millions de morts

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 4.622.410 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi dimanche en milieu de journée par l'AFP à partir de sources officielles. Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (659.694), devant le Brésil (586.558), l'Inde (442.655), le Mexique (267.524) et le Pérou (198.728), selon les chiffres officiels.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.

 

L. R., avec Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?