Un « bon » mois d’août en Aveyron, les Parisiens premiers visiteurs

Abonnés
  • Les campings et gîtes sont les types d’hébergement privilégiés par les touristes.
    Les campings et gîtes sont les types d’hébergement privilégiés par les touristes. Centre Presse - José A. Torres
Publié le

Si l’entrée en vigueur du pass sanitaire a quelque peu freiné certaines activités (visites de sites et restauration), ce mois d’août fut une nouvelle bonne cuvée pour le tourisme aveyronnais. On fait le point.

 

Août : mieux qu’en 2019, moins bien qu’en 2020

L’Agence de développement touristique de l’Aveyron, présidée par le maire de Bozouls et conseiller départemental Jean-Luc Calmelly, ne cache pas sa satisfaction à l’heure de tirer le bilan de la fréquentation du département cet été. Malgré le temps maussade, juillet a été qualifié de « bon » et août également. Les chiffres records de 2020 n’ont certes pas été atteints, mais l’Aveyron fait mieux que les dernières années hors-Covid, preuve de son intérêt grandissant.
En août, mois historiquement le plus important pour les acteurs du tourisme, le département a compté 1 915 890 nuitées, soit une baisse de - 4,8 % par rapport à l’an passé où la barre symbolique des deux millions de nuitées avait été dépassée.

Les excursionnistes toujours plus nombreux

C’est une constante depuis plusieurs années : les excursionnistes, visiteurs à la journée, sont toujours plus nombreux l’été sur les routes aveyronnaises. Utilisant la méthode « Flux vision tourisme » développée par Orange, à partir des données des téléphones mobiles, l’ADT en a dénombré près de cinq millions depuis le début de l’année (4 965 203), soit une augmentation de… 28 % par rapport à l’an passé. Musée Soulages, viaduc de Millau, opérations de séduction, lieux incontournables sont autant d’atouts pour attirer ces excursionnistes qui, pour la grande majorité, viennent des départements voisins : l’Hérault en premier. Suivi du Tarn, de la Haute-Garonne, du Cantal et du Lot.

Les Parisiens, premiers visiteurs

Si l’Aveyron accueille majoritairement des « voisins » pour des visites d’une seule journée, les « véritables » vacanciers de ce mois d’août avaient pour leur part un fort accent parisien cette année. Effectivement, les résidents de la région île-de-France étaient une nouvelle fois les plus nombreux à découvrir l’Aveyron ou bien revenir aux sources. Preuve que l’amitié et l’affection entre la capitale et l’Aveyron fonctionnent toujours à merveille ! Les visiteurs de l’Hérault et de la Haute-Garonne complètent le podium, devant ceux des Bouches-du-Rhône et du Rhône. Covid-19 oblige, la clientèle étrangère, elle, n’a pas été au rendez-vous de cet été.

Gîtes et campings privilégiés, les acteurs satisfaits

Comme en août 2020, les gîtes et campings ont été les hébergements les plus prisés par les touristes cet été. Et si l’entrée en vigueur du pass sanitaire a freiné l’activité dès fin juillet, notamment pour les visites de sites et le secteur de la restauration, la majorité des acteurs du tourisme ont jugé « élevé » leur niveau d’activité lors de ce mois d’août (53 % des 600 sondés par l’ADT). 35 % l’ont jugé « moyen » et 12 % « faible ».
« Ce fut une belle saison avec beaucoup de nouveaux touristes qui découvrent notre département, comme quoi la communication reste très importante », « la clientèle était familiale, française et proche de la nature », « l’augmentation de la fréquentation dans nos campagnes est la conséquence du Covid », ont notamment commenté quelques-uns des acteurs sondés.

Les touristes mettent la note de 8,4/10 à l’Aveyron

Dans sa note de conjoncture, l’Agence de développement touristique se félicite surtout du retour client, si l’on peut dire. En compilant plus de 14 000 avis et notes laissés par les visiteurs sur  diverses plateformes, l’organe aveyronnais relève une note moyenne de... 8,4/10 ! Les avis mettent notamment en évidence la qualité des prestations et notamment celles des campings qui récoltent 57% d’avis « excellent » contre 42% pour les hôtels. Les activités proposées dans le département sont également louées, tout comme les sites de visite. Seules 588 personnes sur les plus de 14 000 ont laissé un avis « médiocre » sur leurs vacances dans le département.
 

Des interrogations pour l’arrière-saison

En Aveyron, ces dernières années, l’arrière-saison est souvent synonyme de belles surprises… Mais, l’évolution sanitaire et surtout la météo ne permettent pas aujourd’hui aux professionnels du tourisme de s’avancer sur ce moment fort. Et seules les réservations de dernière minute apporteront une réponse.  
Car à ce jour, le ressenti des professionnels n’est pas de bon augure. Sur les 600 interrogés fin août, 51 % avouent avoir un niveau de réservation « faible » pour le mois de septembre et 81 % pour le mois d’octobre !
« L’espoir, c’est le retour de la clientèle groupes généralement bien représentée durant les mois de septembre et d’octobre », explique l’ADT, se référant notamment aux années d’avant la crise sanitaire.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?