Une sculpture-abri née à Saint-Sever-du-Moustier et vernie à Millau

  • Le groupe de l’atelier d’ergothérapie du centre de santé mentale en résidence fin juin à Saint-Sever.
    Le groupe de l’atelier d’ergothérapie du centre de santé mentale en résidence fin juin à Saint-Sever. Repro Midi Libre
Publié le

Les patients du centre de santé mentale verront leur travail installé dans leur cour.
 

Aérienne et massive, poétique et brute, fragile et robuste… Depuis ce vendredi 10 septembre, une sculpture-abri géante trône fièrement dans le jardin du centre de santé mentale de Millau.

Cette œuvre est née en quelques jours du travail acharné des mains d’une dizaine de patients du centre et de l’artiste Sylvain Corentin, réunis en résidence de création à Saint-Sever-du-Moustier durant l’été.

Des participants de l'atelier d’ergothérapie

Ces participants fidèles de l’atelier hebdomadaire d’ergothérapie ont impressionné par leur grande liberté et dextérité dans la création. Les habitants du village ont eux, été mis à contribution, pour donner du bois, de l’osier, du bambou, des vieilles chaises et autres objets récupérés pour une seconde vie.

Avec l’artiste Sylvain Corentin

C’est la face émergée d’un projet de longue haleine, nommé Avatars l’abri, imaginé en ping-pong entre Millau et Saint-Sever-du-Moustier. Il a commencé en 2020 par une rencontre avec l’artiste Sylvain Corentin autour du musée des Arts buissonniers et de sa collection d’art brut et singulier.

L’artiste montpelliérain, figure de l’art dit singulier, construit depuis de nombreuses années des "anarchitectures", des buildings poétiques et aériens faits de bois et de matériaux récupérés qui disparaissent dans la structure.

Après la rencontre, place au travail. La seconde partie de ce projet accompagné par Aveyron culture dans le cadre du dispositif culture santé et dépendance de la direction régionale des affaires culturelles (Drac) s’est traduite par de nombreux ateliers hebdomadaires, au sein de l’hôpital, durant lesquels la plasticienne Aurélie Fourrier a accompagné la création d’avatars, ces doubles imaginaires, ces identités fantasmées.

Cette troisième étape délocalisée a consisté en la création collective d’un abri pour ces différents avatars. Cette sculpture-abri a déménagé durant l’été direction Millau, pour être installée dans le jardin du centre de santé mentale.

Après le vernissage à Millau de l’abri et des avatars, ce jeudi soir, retour à Saint-Sever pour la dernière étape du projet, puisque le musée des Arts buissonniers expose dès la fin du mois de septembre les coulisses de ce projet, c’est-à-dire des photographies des ateliers, les différents éléments des étapes de travail autour de l’Abri et de ses avatars.

JDM
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?