Vaccin Janssen : "surreprésentation de patients vaccinés en réanimation" et nombreux échecs vaccinaux

  • Les vaccins protègent, mais peuvent parfois être dangereux.
    Les vaccins protègent, mais peuvent parfois être dangereux. Repro CP - Archives
Publié le , mis à jour

L'Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) a estimé, dans son dernier rapport ce lundi, que les nombreux échecs vaccinaux du produit monodose des laboratoires Johnson&Johnson devait faire l'objet d'un "signal potentiel".
 

le vaccin unidose du laboratoire américain Johnson & Johnson suscite de plus en plus d’interrogations. Parmi lesquelles le “risque accru” de rare maladie neurologique, mais surtout son efficacité relative face au variant Delta. Voilà encore de quoi jeter de l'huile sur le feu des critiques.

Dans son rapport sur le suivi de la vaccination, l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) indique que, depuis le début de la vaccination, "32 cas d’infection au Covid-19 ont été observés à la suite d’une vaccination avec Janssen, dont 4 décès", relève L'Indépendant.

"Les personnes concernées ont un âge médian de 68 ans, avec de multiples comorbidités à risque de forme grave de Covid-19", tempère le rapport qui estime toutefois qu’il s’agit "d’un signal potentiel" et que "les investigations se poursuivent."

Pour l'ANSM, ce signalement se justifie au regard "de la surreprésentation de patients vaccinés au Janssen en réanimation pour Covid-19" dans deux centres de surveillance, à Tours (3 patients sur 6) et Marseille (4 patients sur 7).

Les échecs vaccinaux avec le vaccin Janssen "étaient déjà un événement sous surveillance". 

Au total, plus de 1 018 000 injections de ce vaccin ont été réalisées au 2 septembre 2021. La vaccination au vaccin Janssen a débuté en France le 24 avril 2021 chez les personnes âgées de plus de 55 ans. Le rapport indique aussi que le taux d'incidence des personnes vaccinées au Janssen est de 3,78 cas positifs pour 100.000 vaccinés. 

Si le produit des laboratoires Johnson&Johnson fait l'objet d'une surveillance étroite, il n'est pour l'heure pas remis en question dans le cadre de la campagne vaccinale. Au mois d'août, la Haute autorité de santé  recommandait, une dose de rappel avec un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna), à partir de 4 semaines après la première injectio du vaccin Janssen. Même si pour l’instant, une seule dose de Janssen continue techniquement de permettre l’utilisation du pass sanitaire, précise le Hufftington Post.

Pour rappel, les hospitalisations en réanimation ou non concernent jusqu'à 80% des personnes non-vaccinées.

 

Beaucoup d'effets indésirables avec les vaccins

Le rapport de l'ANSM publié ce lundi 13 septembre relève également les effets indésirables recensés avec les vaccins. Soit des centaines de milliers recensés depuis le début de la vaccination de masse en France, sur plus de 52,3 millions d'injections réalisées.

Du 20 août au 2 septembre, 48 923 cas d’effets indésirables ont ainsi été recensés avec le vaccin Pfizer, 10 121 cas avec Moderna, 24 852 cas avec Astrazeneca, 605 cas avec Janssen. Soit 84 501 cas d'effets indésirables en deux semaines. "La majorité des effets indésirables sont non graves, attendus et d’évolution favorable", commente sobrement à chaque rapport l'ANSM.

Selon le site notre-planete.info, dans l'Union européenne, près de 2,5 millions de cas d'effets indésirables auraient été recensés, qui auraient fait près de... 24 000 morts. Pour la France, le site dédié à l'environnement fait état de quelque 20 000 cas graves et un millier de victimes suite aux vaccinations. En précisant que "depuis le 16 juillet 2021, Santé Publique France ne communique plus les données sur la mortalité enregistrées suite à la vaccination".

S. S. et L. R.
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?