Basket-ball : Nicolas Flottes (féminines CTC Élan Aveyron) : "Créer un nouvel élan"

Abonnés
  • "À part le maillot, la fusion de nos sept clubs pour donner l'Élan basket Aveyron ne changera rien pour notre équipe", confie Nicolas Flottes.
    "À part le maillot, la fusion de nos sept clubs pour donner l'Élan basket Aveyron ne changera rien pour notre équipe", confie Nicolas Flottes. Centre Presse - José A. Torres
Publié le , mis à jour

L'entraîneur de l'équipe première de la CTC Élan Aveyron basket (Nationale 3 féminine), Nicolas Flottes, veut entamer un nouveau cycle après deux saisons blanches. Pour celle qui commence le samedi 18 septembre (20 heures), à Gimont, il vise le milieu de tableau.

Vous allez entamer votre quatrième saison en tant qu’entraîneur de l’équipe première.

Je me projette ici, mais si je sens que je ne suis plus l’homme de la situation, je m’en irai. Je suis arrivé au bout du premier cycle de trois ans. Le début de saison dernière (arrêtée au bout de trois matches à cause de la pandémie) me faisait sentir que j'étais arrivé au bout parce qu'on était très mal parti, ça puait... Mon discours commençait un peu à s'user. Mais la crise sanitaire m'a permis de prendre ce fameux recul dont tout le monde parle et de changer des choses dans mon discours, ma façon d'aborder mon métier... Avec mes projets personnels à côté, j'ai aussi pu avoir moins la tête dans le guidon.

Comment abordez-vous ce nouveau cycle ?

Avant de commencer ce nouvel exercice, je ne sens pas de lassitude. Je suis très content d'avoir des jeunes à intégrer et de retrouver les anciennes. On a vécu un truc super fort avec la montée en mai 2019 (à l'issue de sa première saison), qui a été un élément fondateur. La saison suivante, on s'est maintenu en N3 à quatre journées de la fin. La deuxième année après l'accession est toujours la plus difficile et on était en plein dedans fin 2020. Mais sur les douze joueuses qui ont vécu la montée, il n'en reste plus que six, donc maintenant, on doit passer à autre chose et créer un nouvel élan. Entre les recrues de l'an dernier et celles de cet été, ça en donne vraiment un.

Êtes-vous satisfait du mercato ?

On est mieux armé que les saisons précédentes. En quantité, on est passé de onze à treize joueuses (80 % de l'effectif a été formé au club) et je peux faire monter deux U18 qui ne sont pas mal. Qualitativement, c'est plus complet sur chaque poste. On s'en sort bien avec un seul départ, celui de Charline Noubel (études), une arrière qui était dans la rotation. Du côté des arrivées, on a pris trois joueuses : la meneuse Justine Goulignac (17 ans), l'ailière Ludivine Gamba (18) et l'ailière forte Alizée Pélopidas (23). La première vient de Carmaux, où elle a fait trois matches de N2, la deuxième évoluait à Montech, en Prénationale, et la dernière a vraiment l'expérience de la N3 pour y avoir joué avec Carqueiranne. Elle a été dans les centres de formation de Chalon-sur-Saône et de Charnay-lès-Mâcon, faisant un peu de N1 là-bas. On attend qu'Alizée nous sorte de situations difficiles, notamment en attaque puisqu'elle est forte dans le un contre un. C'est un profil qui nous manquait.

Mais elle s'est déjà blessée...

Alizée a été victime d'une entorse de la cheville après seulement deux minutes lors du dernier amical, vendredi, contre Carmaux (N2). Mais c'est une recrue arrivée en méforme, avec quelques kilos en trop, et tardivement, le 23 ou 24 août, parce qu'elle avait eu le Covid. Elle devrait manquer les deux prochains matches et va retourner à la case départ pour sa préparation. Mais ce sera la seule absente samedi (20 heures), à Gimont. On a été plutôt épargné parce que beaucoup d'entraîneurs de N2 m'ont dit qu'ils avaient subi une véritable hécatombe. On ne se rend pas compte de l'effet que peut avoir un arrêt d'un an et demi sur le corps d'un sportif.

Vos joueuses sont prêtes physiquement ?

On a repris tôt, le 4 août. Quasiment tout le monde a pu faire cinq ou six entraînements individuels avant la reprise collective pour qu'on évite les blessures. On a la chance d'avoir un kinésithérapeute, Robin Jeansou, qui suit l'équipe depuis deux ans, donc on a pu limiter la casse grâce à lui. Sur le plan physique, on est prêt, mais dans le jeu, il y a encore pas mal de choses à améliorer. On n'a eu que deux matches amicaux et demi. Et demi parce que Limoges nous a plantés pour le dernier amical, le plus important, qu'on a remplacé par une moitié de rencontre sans compter les points vendredi, contre Carmaux, et une autre d'entraînement. On a remporté le premier match de préparation 73-38 face à Cunac-Lescure (Prénationale), le 30 août, mais perdu 72-55 le deuxième contre Tournefeuille (N3), le 4 septembre. Je suis satisfait de cette préparation et la dernière opposition m'a rassuré sur certains points tactiques.

Quel est votre objectif cette saison ?

C'est de se maintenir tranquillement et de finir sixième (sur douze). C'est une poule très homogène dans laquelle le maintien se joue à dix victoires sur 22 matches, contre huit ou neuf dans les autres. On sera sept équipes à se battre pour éviter la relégation et il y en a quatre qui descendront, donc il va falloir vite se caler.

Votre début d'exercice ne sera pas de tout repos...

On a un gros, gros début de championnat avec pour commencer un déplacement à Gimont samedi (20 heures), favori pour le titre avec Chalosse. Je le prends comme une répétition générale parce qu'on va y aller sans pression. Je suis plus focalisé sur la réception d'Hagetmau le 26 septembre (15 h 30), qui est prenable. D'autant qu'on a hâte de retrouver nos supporters pour notre premier match officiel à domicile depuis le 14 février 2020. Derrière, ce sera compliqué d'aller gagner à Grandfonds et de faire de même à domicile contre Chalosse puis à Cugnaux, une équipe du top 4.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
L'immobilier à Druelle Balsac

199000 €

Dans le village de Balsac, belle maison de Type 4 d' environ 90 m² sur un t[...]

152000 €

BALSAC !!!!En coeur de village, pour les amoureux des vieilles bâtisses, ch[...]

91800 €

Terrain à bâtir de 1632 m² situé à l'Hospitalet, sur la commune de Druelle [...]

Toutes les annonces immobilières de Druelle Balsac
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?