Football : Perfettu, le plus connu des supporters de Ligue 2, débarque à Rodez

Abonnés
  • L’an dernier, Loïc Durand avait fait la découverte de Paul-Lignon.
    L’an dernier, Loïc Durand avait fait la découverte de Paul-Lignon. Repro CP - DR
Publié le

Habitué à parcourir les routes de France pour soutenir le club corse, Loïc Durand sera dans les tribunes de Paul-Lignon, pour la rencontre entre Rodez et Ajaccio, samedi 18 septembre à 19 heures.

Le supporter le plus célèbre de Ligue 2 débarque à Paul-Lignon ! Inconditionnel de l’AC Ajaccio, Loïc Durand viendra soutenir ses protégés face à Rodez, samedi soir. Depuis maintenant dix ans, celui qui est connu sous le pseudonyme Perfettu sur les réseaux sociaux accumule les kilomètres pour suivre les déplacements de la formation corse sur le continent. "Le match à Rodez sera mon 181e déplacement et j’en suis déjà à plus de 136 000 kilomètres et 1300 heures de route", précise-t-il.

Ces trajets, tous en voiture, sont effectués depuis Montluçon (Allier), la ville où il réside. Et aussi celle où il est né, car contrairement à ce que pourrait laisser penser sa passion pour l’ACA, Loïc Durand n’est pas corse. Sa ferveur est née au gré des vacances familiales effectuées sur l’île de Beauté lorsqu’il était enfant. "Au début, je forçais mon père à aller au stade, alors qu’il n’aime pas le foot", raconte-t-il. Son assiduité dans les gradins s’est développée par la suite. "Quand j’ai eu mon permis, j’ai commencé à faire chaque année les deux ou trois déplacements les plus près de chez moi, poursuit le supporter. J’ai été piqué au jeu et comme je n’aime pas faire les choses à moitié, j’ai effectué de plus en plus de déplacements au fur et à mesure des saisons. Depuis 2016, je suis tous les matches d’Ajaccio à l’extérieur, y compris en coupe et les amicaux." Avec en plus la volonté de partager ses exploits, d’abord en collaborant pour des médias comme Sofoot et Hors-jeu, puis via sa chaîne Youtube, désormais.

"La route seul, un moment de liberté"

Même s’il n’a pas trop le temps de visiter les villes où il se rend, Loïc Durand apprécie de découvrir "de nouveaux stades et de nouvelles ambiances", à travers ses périples. Car au-delà des matches, celui qui s’apprête à fêter prochainement ses 30 ans apprécie les à-côtés du football. "Ce week-end à Rodez, je vais retrouver un supporter de l’ACA qui habite à Toulouse, qui fait aussi le déplacement. Je sais que ce sera un moment sympa de se retrouver, dit-il. De même, je rencontre toujours des gens qui veulent discuter avec moi. C’est toujours enrichissant." Un autre aspect qu’il apprécie est de faire "la route tout seul, c’est un moment de liberté, je m’évade".

"Rien ne m’arrête !"

Le jeune homme arrive à concilier son amour d’Ajaccio avec sa vie professionnelle. Mieux, son métier de journaliste lui a même permis de pousser les portes de plusieurs stades la saison dernière, malgré les huis clos et les couvre-feux. Il a ainsi pu se rendre à Paul-Lignon il y a un an, à l’occasion de la victoire des Corses (1-0). Loïc Durand arrive aussi à conjuguer sa passion et sa vie familiale, lui qui est devenu père il y a un an. "En ce moment, je suis en télétravail, donc je suis tout le temps à la maison, poursuit Loïc Durand. Tout le monde sait dans mon entourage que j’organise ma vie autour de l’ACA. Par exemple, ma belle-famille vient à la maison ce week-end et cela ne m’empêche pas de faire le déplacement à Rodez."

"Pour l’instant, je n’ai pas de problème de logistique, poursuit-il. J’ai toujours réussi à m’organiser, rien ne m’arrête !" Pas même le malheureux sanglier venu percuter sa 106, au printemps, dans laquelle il avait l’habitude d’effectuer ses déplacements. "Par rapport au bébé, j’ai acheté une voiture neuve, pour avoir plus de confort et de sécurité, dit-il. C’est sympa, mais les déplacements ont moins de charme…"

Mais cela n’empêchera pas Loïc Durand de poursuivre ses pérégrinations en rouge et blanc sur les routes de France. Et peut-être même en Ligue 1, si Ajaccio confirme son excellent début de saison. "Si l’ACA monte, je serais très content pour le club. Mais je sais aussi que je me retrouverai dans des grands stades, parfois au troisième anneau tout en haut derrière un filet, d’où les joueurs ne sont que des points sur la pelouse." Une configuration éloignée des aspects qu’il préfère dans le football. "Chacun est libre d’aimer ce sport comme il le souhaite, dit-il. Pour ma part, l’important c’est le côté convivial et familial." Sans oublier de supporter Ajaccio, bien sûr !

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Guillaume Verdu
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?