À Rodez, les centres de formation pour adultes peinent à recruter des stagiaires

Abonnés
  • Les métiers de l'électricité sont très demandés mais les stagiaires manquent à l'appel.
    Les métiers de l'électricité sont très demandés mais les stagiaires manquent à l'appel. Centre Presse - Salima Ouirni
Publié le

Alors que l'économie redémarre, aidée par le plan France Relance, on pourrait croire que les centres de formation sont dépassés par les demandes en formation continue,   initiale ou pour une reconversion. Il n'en est rien. Il reste encore de nombreuses places, dans des secteurs très différents. 

Cherche plaquiste, maçon, électricien, boucher...Si l'on commence à avoir l'habitude de voir de telles annonces pour les entreprises, on a moins l'habitude de le voir pour les centres de formation. Que ce soit le Greta, l'Afpa ou d'autres centres de formation de moindre importance, tous recherchent des stagiaires, et paradoxalement dans des secteurs en plein boom. "En pleine reprise économique et  grâce au plan de relance gouvernementale, les entreprises sont en recherche de personnel. Le Greta-CFA met en place des formations en adéquation avec les compétences recherchées par les entreprises, malheureusement le public aux formations fait défaut", reconnaît la direction du Greta. 

À l'agence de Rodez, ce centre de formation est à la recherche de candidats pour des  formations comme "gestionnaire de paie", CAP boucher, agent d'accompagnement auprès d'adultes dépendants ou encore des assistants de vie. Le Greta est le premier étonné de cette situation. "Nous avons du mal à recruter des stagiaires, alors même que les formations sont déjà payées, par la Région Occitanie, notamment", s'étonne Françoise Villeneuve, directrice opérationnelle. Et alors que cette dernière est sur le départ, son remplaçant  Davy Lagrange fait du recrutement des stagiaires, un défi  à relever. 

Du côté de l'Afpa, on retrouve la même situation, aussi préoccupante. "Nous avons lancé des formations qui vont s'ouvrir et il reste tout de même pas mal de places. C'est d'autant plus dommage que ces compétences sont recherchées. Il y a  énormément de débouchés", regrette Christophe Mazenq, responsable de la formation au centre ruthénois. Que ce soit pour la formation d'électricien, débutant le 20 décembre, celle concernant le  sanitaire et social, mais également tout le secteur du bâtiment, il reste encore bien  des places. La formation "Tosa en bureautique", dans le tertiaire, qui ouvre le 4 octobre est aussi concernée par ce manque de stagiaires. 

Et tout  comme le Greta, l'Afpa travaille avec de nombreux prescripteurs, comme la Mission locale, Pôle Emploi ou encore Cap Emploi (spécialisé dans le handicap) pour se donner toutes les chances de faire le plein de ses formations. Force est de constater que cela reste insuffisant pour ces deux centres de formations, spécialisées dans la formation continue pour les adultes. Les différents confinements, censés avoir fait réfléchir beaucoup de gens, souhaitant se reconvertir, ne sont pas une évidence pour le Greta et l'Afpa, en tous les cas pas dans les formations proposées. Pourtant les catalogues des deux centres de formation sont conséquents. 

La CCI est à part

Pour la CCI, plutôt tournée vers la formation continue des adultes, mais déjà en situation de salariat, le résultat est plutôt positif. "Nous n'avons aucun problème de recrutement", se réjouit Dominique Costes, président de la CCI. Sur l’année 2020, pourtant impactée par le Covid, la chambre consulaire a vu passer 4000 salariés (ou chefs d'entreprise) sur le site de Rodez, tandis que celui de Saint-Affrique a formé 3500 adultes. Ces formations peuvent durer une journée comme plusieurs années (jusqu'à bac +5 pour les ingénieurs). C'est ce  qui pourrait expliquer la différence de recrutement avec le Greta et l'Afpa. Car dès lorsqu'on compare les formations initiales, comme par exemple celle d'"Animateur d'ambiance ludique et artistique" ou "animateur village,  proposée par la CCI, on se  retrouve dans la même situation que l'Afpa et le Greta. "Cette formation qui s'adresse aux demandeurs d'emploi ne fait pas le plein", constate-t-on du côté de la CCI.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

504 €

Appartement de type III en centre-ville composé : - d'un séjour/salon - cui[...]

460 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE- Grand 2 pièces rénové secte[...]

185000 €

A VENDRE RÉSIDENCE VICTORIADans une Résidence neuve au coeur du quartier de[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme13114 Il y a 1 mois Le 21/09/2021 à 09:08

Pourquoi s'étonner? Nos concitoyens entendent des politiques et syndicalistes expliquer à longueur de journée qu'ils ont droit à des revenus même s'ils ne font rien ....