Flagnac :  mouvement de grève ce jeudi à l’Ehpad Sainte-Marie

  • Les salariés de l’Ehpad flagnacois avaient déjà mené une action de débrayage en janvier 2020 pour les même raisons de manque d’effectif.
    Les salariés de l’Ehpad flagnacois avaient déjà mené une action de débrayage en janvier 2020 pour les même raisons de manque d’effectif. Marie-Christine Bessou
Publié le

À l’instar de leur action de janvier 2020, les employés de l’Ehpad Sainte-Marie de Flagnac observeront ce jeudi matin un nouveau débrayage pour exprimer leur souffrance au travail.

Ce jeudi matin, les salariés de l’Ehpad Sainte-Marie de Flagnac observeront un débrayage : « Les salariés veulent exprimer, leur épuisement, leur colère devant le manque de moyen humain, le manque de considération, un suivi médical et psychologique des résidents insuffisants.
Le manque d’effectif chronique (aides soignants, agent de service logistique, infirmier..) la valse des directeurs, le manque de formation du personnel, des résidents vieillissants qui entraînent une augmentation significative de la charge de travail, tous ces éléments contribuent à mettre les salariés et les résidents dans une insécurité grave et une anxiété permanente de commettre une faute grave ou d’être maltraitant. Nous pensons que si la maltraitance institutionnelle à une signification nous nous en approchons dangereusement », indique Francis Cunnac, délégué syndical central CGT de l’association Sainte-Marie et négociateur national pour la convention collective nationale 51 dont dépend le secteur médico-social privé associatif.
Le même précise : « L’Ehpad de Flagnac compte 55 salariés c’est-à-dire que cela correspond à 5,5 emplois équivalents temps plein pour 10 patients alors qu’il faudrait au moins 65 pour un taux d’encadrement correct, qui est de 7 à 8 personnels soignants pour 10 patients, comme c’est la norme en Allemagne, en Suisse ou dans les pays Scandinaves ».

« Les salariés sont épuisés »

Francis Cunnac identifie plusieurs causes à ces difficultés de recrutement : « Il y a l’éloignement du site flagnacois qui pénalise le recrutement. Les salaires devraient aussi être revalorisés pour redonner de l’attractivité ; car après le Ségur de la Santé dans le secteur public, nos salaires sont de 250 € à bientôt près de 500 € inférieurs à ceux du secteur public ».
Le délégué syndical souligne qu’avec la crise sanitaire du Covid « Les salariés sont épuisés ; doivent revenir sur leurs congés ou jours de RTT. Cela ne va pas s’arranger car deux à trois personnels vont être suspendus car réfractaires à la vaccination ».
Les salariés souhaitent par ailleurs une plus grande stabilité concernant la direction : « L’ancien directeur est parti au bout de deux mois. Un nouveau est arrivé début septembre. Nous souhaitons un cadre de soins ayant une expérience en psychiatrie et en équipe, nous manquons de cadres de soins ».
Bernard-Hugues Saint-Paul

« Nous sommes confrontés à des problèmes de recrutement »

Didier Perrot, directeur du CH Sainte-Marie de Rodez dont dépend l’Ehpad de Flagnac, admet d’emblée les problèmes soulevés par les salariés :
« Nous sommes confrontés à une situation difficile en termes de recrutement. Ce n’est pas propre à cet Ehpad, d’autres y sont aussi confrontés. Le service RH mobilise ses efforts pour recruter en CDI, en CDD ou en intérim, mais la situation reste tendue.
Aussi, nous avons trouvé une première réponse en baissant le nombre de résidents à 74 dans l’établissement de Flagnac alors que sa capacité est de 85 (80 + 5 en hébergement temporaire) ; afin de diminuer la charge de travail ; d’autant plus que deux personnels sont réfractaires à la vaccination contre le Covid. Nous espérons pouvoir recruter des personnels ».
Didier Perrot évoque par ailleurs la question des salaires : « La revalorisation prévue dans le cadre du Ségur de la Santé dans le secteur public conduit à une concurrence du secteur public. Des discussions sont actuellement menées au plan national pour une revalorisation également dans le secteur privé (convention de 1951) afin de réduire les distorsions avec le secteur public. Les négociations sont menées par la Fehap (Fédération des Établissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne privés solidaires) qui nous représente ».

BHSP
Voir les commentaires
L'immobilier à Flagnac

298000 €

Sur les hauteurs de Decazeville : Agnac : Belle maison de construction trad[...]

30000 €

Agnac : Venez découvrir et imaginer votre future maison sur ce beau terrain[...]

290000 €

3 KM DECAZEVILLE-sur hauteur, belle villa en excellent état ( environ 180m2[...]

Toutes les annonces immobilières de Flagnac
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?