Pétrole, gaz, électricité... Les factures pourraient augmenter de 20 % cet hiver

  • Les prix de l'énergie atteignent des nouveaux records.
    Les prix de l'énergie atteignent des nouveaux records. Repro CPA
Publié le , mis à jour

Une mauvaise nouvelle pour les consommateurs. Les prix de l'énergie - gaz, électricité et carburants – ont nettement augmenté ces derniers mois en France comme dans le reste du monde. 
 

Toujours plus haut. Depuis quelques mois, les prix de l’énergie ne cessent de grimper en Europe, mettant les porte-monnaie à rude épreuve. En France, le prix du gaz  a augmenté de 8,7 % en septembre, après + 5 % en août et + 10 % en juillet. À la pompe, le prix du sans-plomb 95 (SP95 E10) s’est renchéri de 25 centimes d’euros/litre depuis un an. 

De plus la perspective d'un hiver froid pourrait porter un coup au porte-monnaie des Français. L'Europe fait en effet face à une croissance des prix vertigineuse, retranscrite notamment sur le coût du gaz naturel et de l'électricité. Cette hausse alimente par ailleurs l'inflation et fait craindre une reprise économique freinée.

De même, la pénurie de gaz actuelle arrive au plus mauvais moment au Royaume-Uni et en Allemagne alors que les gens ont terminé leurs vacances et retournent au travail. Les coûts de production sont ainsi plus élevés. Un constat qui fait craindre aux spécialistes une augmentation jusqu'à 20% des prix cet hiver. "L'Europe va vivre un hiver très rude", souligne Julien Hoarau, patron de l'analyse des marchés (EnergyScan) chez Engie. "Le problème n'a même pas encore commencé", ajoute-t-il.

Des stocks de gaz épuisés

Les conditions climatiques n'aident pas non plus à la reprise et à un abaissement des coûts, puisque la chaleur et le manque de vent font stagner les énergies renouvelables. Les combustibles sont alors plus utilisés et le prix du charbon a par exemple augmenté de plus de 70% cette année, créant une pollution monstre sur le continent. Et après un hiver dernier des plus rigoureux, les stocks de gaz ont été épuisés, alors que le principal fournisseur russe limite les flux. Selon Bloomberg, l'Europe ne peut guère compter non plus sur ses propres stocks, ceux de la Mer du Nord ayant connu plusieurs interruptions.

De tels facteurs font donc craindre le pire à Julien Hoarau. "Si nous connaissons un événement climatique comme la vague de froid de février 2018, je ne serais pas étonné de voir certains prix atteindre les trois chiffres", alerte-t-il. En Angleterre, le marché de l'électricité montre déjà des signes de tension alors que l'hiver n'a pas commencé. En France, les tarifs du gaz ont de nouveau augmenté en septembre de 7,9% en moyenne. En ce qui concerne l'électricité, les analystes mettent en garde contre une possible hausse de 6% lors de la prochaine révision en février.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?