Plusieurs rues du centre de Rodez bientôt renommées au nom de l'égalité

  • Ce mercredi 28 septembre a marqué la naissance officielle du Collectif pour l'égalité femmes-hommes 12.
    Ce mercredi 28 septembre a marqué la naissance officielle du Collectif pour l'égalité femmes-hommes 12. Repro CP
Publié le , mis à jour

Fédération des associations Alertes, ATTAC, LDH, Planning Familial, NousToutes12 et des syndicats CGT, FSU et Solidaires, le Collectif pour l'égalité femmes-hommes 12 vient officiellement de voir le jour. Pour célébrer cette naissance, les militants mèneront le 9 octobre une action symbolique à Rodez... qui en appellera sans doute d'autres. 

Il s'agit d'un "collectif pour l'égalité des droits et leur accès pour toutes et tous, pour le respect de la liberté des choix, qui lutte contre les discriminations et les stéréotypes ( racisme, sexisme, homophobie, lesbophobie, transphobie...) et contre toutes les formes de violence qui découlent des rapports de domination".

Ce mercredi 28 septembre a marqué la naissance du Collectif pour l'égalité femmes-hommes 12. L'idée est venue selon l'une Julie Bernat-Sandragné (FSU), l'une de ses membres, après la légère "frustration" née de "l'absence de représentation départementale" à l'occasion de la dernière journée des droits des femmes. "Dommage", regrette la militante, qui décide avec ses futures organisations partenaires de rencontres, qui donneront naissance à ce collectif composé des associations Alertes, ATTAC, LDH, Planning Familial, NousToutes12 et des syndicats CGT, FSU et Solidaires.

S'il est engagé pour l'égalité entre hommes et femmes, ce sont ces dernières qui auraient le plus de bénéfices à tirer de l'avènement d'une éventuelle égalité. Le collectif entend mener différents combats, sur des thèmes de société comme les stéréotypes de genres, les harcèlements (moral, sexuel) ou l'égalité de traitement (au niveau salarial notamment).

La première des actions du Collectif pour l'égalité femmes-hommes aura lieu samedi 9 octobre et se tiendra à Rodez à partir de 10 heures. Les militants vont ce jour-là, symboliquement et (on l'imagine) temporairement renommer certaines rues du centre-ville. "Plus de 200 noms de rues sont masculins à Rodez et seulement huit féminins", justifie Julie Bernat-Sandragné. La place de la Cité, par exemple, prendra le nom de place Gisèle Halimi. En marge de la tenue du marché ruthénois, dix lieux seront renommés ce 9 octobre, en un clin d'œil à la date du 11 octobre, journée internationale des droits des filles pour l'Onu. Le collectif le promet : il mènera d'autres actions pour faire entendre sa voix.

Les personnes désireuses de soutenir la démarche ont rendez-vous au carrefour Saint-Etienne à 10 heures samedi 9 octobre et peuvent joindre le collectif à l'adresse collectifpouregalitefemhom12@riseup.net
Xavier Buisson
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

240 €

Studio Rodez dernier étage sans ascenseur, situé en haut de la rue du 11 no[...]

310 €

Dans notre agence, nous vous invitons à venir découvrir cet appartement de [...]

1490000 €

A 25 km de Rodez et à 500 mètres à pied d'un pittoresque village médiéval a[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
yoan Il y a 3 mois Le 07/10/2021 à 09:30

les noms de rues doivent avoir soit une référence historique locale, soit être attribuées en référence au mérite de la personne... si le mérite c'est d'avoir un sexe féminin, ou va-t-on, faudra

Anonyme13114 Il y a 3 mois Le 07/10/2021 à 07:29

L'extrême gauche ne sait plus quoi faire pour enrayer son déclin. Dans quel monde vivent ces personnes pour penser que changer des noms de rue est une propriété ?