Prison de Rodez : une surpopulation carcérale endémique

Abonnés
  • La prison comptait au 1er septembre 165 détenus pour 100 places.
    La prison comptait au 1er septembre 165 détenus pour 100 places. Centre Presse - José Torres
Publié le
Guilhem Richaud

Un décompte de l’Observatoire international des prisons pointe une situation qui ne s’arrange pas dans l'établissement aveyronnais.
 

165 %. Cinq mois après un premier rapport faisant état d’un taux de surpopulation carcéral important (169 %), la situation ne s’est pas arrangée à la prison de Druelle. L’Observatoire international des prisons vient de publier cette semaine un nouveau décompte à partir des chiffres arrêtés au 1er septembre dernier.
Dans le détail, à cette date, l’établissement aveyronnais, qui compte 100 places, accueillait 165 détenus. C’est quatre de moins qu’au printemps dernier, mais ce chiffre évolue quotidiennement au fil des entrées et sorties de détention provisoire et de l’activité des tribunaux.

Des matelas à même le sol

Dans l’ensemble, la prison de Rodez arrive à la seizième place des établissements pénitentiaires (sur 188) où la situation est la plus tendue. Si l’établissement, ouvert en 2013, est moderne, les détenus sont toutefois désormais trop à l’étroite. Avec 100 places « officielles », l’établissement est en surpopulation de façon systémique.
Et s’il n’est pas forcément pertinent de comparer avec d’autres maisons d’arrêt, tant la situation de chacune est spécifique, l’établissement de Druelle a un taux d’occupation bien supérieur à la moyenne nationale, qui est de 120 %. Depuis son inauguration, l’administration pénitentiaire a fait des aménagements. Une partie des cellules individuelles ne le sont pas restées longtemps. Des couchettes superposées ont rapidement été installées et désormais, certains détenus dorment sur des matelas à même le sol.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?