Affaire Lauras : des années de tension au sein du collège Fabre de Rodez

Abonnés
  • Le collège Fabre demeure le plus important de la ville de Rodez
    Le collège Fabre demeure le plus important de la ville de Rodez Centre Presse - Joel Born
Publié le , mis à jour

La suspension du chef de l'établissement, Christophe Lauras, met en lumière des tensions au sein même des équipes professionnelles. 

"C’est vraiment bien que cette affaire devienne publique et que les gens en parlent", lance un représentant syndical de l’Unsa. Depuis cette fin de semaine, les langues commencent à se délier au sujet de "l’affaire Lauras". Certains enseignants dont ceux qui ont été auditionnés par les inspecteurs généraux se disent "soulagés".

Pour autant, il est difficile de trouver des personnes qui souhaitent témoigner à visage découvert. Que ce soit des enseignants ou du personnel administratif, voire des parents d’élèves, tous invoquent les mesures de rétorsion éventuelles de la part de Christophe Lauras.

Une commission de discipline à venir

Rappelons d’ailleurs que le principal du collège Fabre est en effet "seulement" suspendu de ses fonctions. Même si cela est rarissime (et sous-entend que les faits reprochés soient sérieux ou graves), la commission de discipline qui se tiendra prochainement pourrait tout à fait "blanchir" le chef de l’établissement, dans ce dossier où le fond de l’affaire a du mal à émerger.

L’intéressé lui-même invoque son devoir de réserve pour ne pas répondre à nos sollicitations tandis que la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN) n’a pas non plus souhaité réagir.

"Souffrance", "fatique physique" et "cris au secours"

Cette affaire, placée sous le sceau de la confidentialité, est également protégée par la procédure administrative. Un CHSCT a bien eu lieu, mais les représentants des instances ne peuvent évoquer les éléments du dossier.

Selon nos informations, cette affaire a débuté trois ans avant l’arrivée de l’ancienne directrice des services de l’éducation nationale, Armelle Fellahi. Selon un ancien enseignant, qui a quitté le collège depuis, c’est Gilbert Cambe qui a donné le feu vert à une réunion "importante qui a commencé à rassembler des témoignages".

Il en est ressorti beaucoup de souffrance chez le personnel du collège Fabre qui s’est plaint de harcèlement. D’après nos renseignements, la DSDEN a lancé une enquête qui a fait ressortir des états de "fatigue physique" et "de cris au secours" de la part des enseignants et d’autres catégories du personnel. "Des craintes pour la sécurité de Christophe Lauras", tellement la tension était grande au sein et en dehors de l’établissement, ont aussi conduit à l’inspection générale de l’Éducation nationale.

Pro et les anti Lauras

Ce qu’il ressort aussi de nos investigations, ce sont les méthodes de management mis en place par le principal, au sein de l’établissement public. "C’est quelqu’un de très clivant. Il a sa dream team, comme il le dit lui-même. Certains professeurs l’appellent Dieu", explique un professeur. De ce fait, il y a les "pros" et les "anti" Lauras. "Dans la salle des professeurs, il est difficile de parler, on se sent surveillé", ajoute un autre professeur. Cette peur poursuivrait les gens en dehors de l’établissement.

"En décembre dernier, j’avais travaillé pour que les gens concernés portent plainte, se souvient un représentant syndical. Certains ont déposé des mains courantes, mais d’autres, même après être partis, n’ont pas souhaité le faire par crainte."

En attendant la commission de discipline qui tranchera prochainement sur le sort du principal, c’est Estelle Pezet qui a pris sa succession lundi. Si le collège fonctionne bien au niveau de ses résultats  elle aura tout un travail de cohésion à réaliser au sein de son personnel.

A lire aussi : "Affaire" Lauras : le collège Fabre de Rodez est un des établissements phare de l'Aveyron

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

1490000 €

A 25 km de Rodez et à 500 mètres à pied d'un pittoresque village médiéval a[...]

1001 €

RODEZ : T4 traversant au dernier étage, vue panoramique sur le musée Soulag[...]

360 €

RODEZ proche de l'IUT et de toutes commodités et des grands axes, venez déc[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?