Une deuxième chance accordée aux auteurs d'infractions routières en Aveyron

  • Le procureur de la république, Olivier Naboulet, intervenant au stage organisé à Rodez, aux côtés des formateurs de la Protection civile.
    Le procureur de la république, Olivier Naboulet, intervenant au stage organisé à Rodez, aux côtés des formateurs de la Protection civile. Centre Presse - C.C.
Publié le , mis à jour

Le tribunal judiciaire de Rodez propose à certains auteurs d'infractions routières (contraventions et délits) et sous certaines conditions, un stage de sensibilisation à la sécurité routière, mené par la Protection civile,  en lieu et place des sanctions auxquelles ils auraient eu droit. Un dispositif pédagogique et salutaire. 

Ils sont 9, femmes et hommes, à réapprendre durant deux jours les fondamentaux de la sécurité routière, des comportements au volant. Ils ont commis, en conduisant leur véhicule, des infractions, délits ou contraventions, et auraient dû être poursuivis pour ces faits. Mais la justice leur a offert l'opportunité de racheter leur faute en suivant un stage de sensibilisation. Rien à voir avec la récupération des points au permis : ici, on va un peu plus loin dans la pédagogie sous la houlette des formateurs de la Protection civile. Ce jour-là, c'est Alain Rullan-Vidal qui officie, aux côtés d'Aurore Micheli.

Tutoiement de rigueur ("on n'est pas ici dans un tribunal"), interactivité permanente, dialogue ouvert à toutes les questions, à toutes les expériences. On y aborde l'accidentologie dans la finesse des statistiques, pour apprendre que si les accidents sont moins nombreux, ils sont toujours plus graves. On y parle aussi des rapports entre usagers, du lourd tribut payé par les motards : sur les 92 accidents recensés entre janvier et fin septembre, on compte 121 blessés, 11 tués dont... 6 motards.  La participation dynamique de l'auditoire témoigne tout aussi bien de la qualité des échanges que de la pertinence des thèmes abordés. 

Une alternative aux poursuites sous conditions

"Citoyen acteur" mais aussi "citoyen sauveteur", sont deux des articulations de ce stage, qui demeure une faveur accordée aux délinquants de la route. Le dispositif reste une alternative aux poursuites. "Un outil indispensable", plaide le procureur de la République, Olivier Naboulet, présent auprès de la Protection civile à Rodez, le 5 octobre dernier. "Les magistrats, procureur, ou juge lors de l'audience, décident si les auteurs d'infraction sont éligibles à ce dispositif, selon leur comportement au moment du contrôle, la gravité des faits commis, s'ils sont ou non des primo-délinquants", explique Olivier Naboulet.

C'est le plus ancien stage (20 ans), entre la juridiction de Rodez et un intervenant tel que la Protection civile. Il relève d'une peine complémentaire et peut s'intégrer dans un sursis avec mise à l'épreuve, "et implique les gens qui y participent", se réjouit Jean-Pierre Labardin, président de la Protection civile. Il a en tout cas une vertu essentielle : réveiller les consciences et accorder une deuxième chance de retrouver le droit chemin, à des usagers de la route pris en faute.    

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

341 €

Vous recherchez un logement sur Rodez ? N'hésitez pas à nous contacter !Nou[...]

244000 €

A vendre coeur de ville de Rodez, dans un quartier proche de toutes les com[...]

87000 €

Rodez, quartier Faubourg, sous-sol complet de 180 m² comprenant 7 places de[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?