Un wapiti lesté d'un pneu depuis plus de deux ans, enfin libéré de son fardeau (vidéo)

  • Un encombrant pneu de 16 kilogrammes qui pesait sur le cou du wapiti.
    Un encombrant pneu de 16 kilogrammes qui pesait sur le cou du wapiti. Repro CPA
Publié le

L'histoire ne concerne pas un cerf de l'Aubrac, mais un wapiti des Rocheuses (Etats-Unis) qui a vécu la moitié de sa vie avec un pneu autour du cou. Âgé d'un peu plus de quatre ans, ce cervidé avait le cou coincé dans un pneu depuis au moins deux ans, selon les équipes des Parcs naturels du Colorado. Dimanche 10 octobre, les agents de protection de la faune sont enfin parvenus à immobiliser l’animal afin de lui retirer.

C’est un encombrant collier de 16 kilogrammes qui pesait sur le cou de cet élan. Le pneu a été retiré ce dimanche 10 octobre par des agents des parcs du Colorado, à cheval entre les États-Unis et le Canada. C’était la quatrième fois que l’équipe de protection des animaux tentait de le capturer pour l’aider.

Le jeune mâle de quatre ans et demi avait été repéré pour la première fois en juillet 2019 alors que des agents de protection de la faune effectuaient une enquête sur la population de mouflons des Rocheuses et de chèvres de montagne. Après deux ans de course-poursuite, l’équipe est parvenue à le localiser parmi un troupeau de quarante autres wapitis et à lui retirer le pneu.

Seul dommage collatéral: les agents ont dû couper ses bois pour retirer le pneu. Or, les bois sont une arme de séduction pour les élans. Lors de la saison de la reproduction, qui vient de s’ouvrir, les mâles creusent des petites fosses dans lesquelles ils urinent et y trempent leurs bois. L’odeur déclenche le cycle d’ovulation de la femelle. C’est aussi une arme de combat pour éloigner les autres mâles concurrents.

Mis à part la perte de son armure de bois, l’élan va bien et son pelage s’en sort à peine égratigné: “Les poils étaient un peu effacés, il y avait une petite blessure ouverte de la taille d’une pièce, mais à part ça, il avait l’air en très bon état”, raconte l’agent Scott Murdoch à l’agence de presse américaine AP.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?