Avant leur congrès, les maires de l'Aveyron ont retrouvé le sourire

Abonnés
  • Jean-Marc Calvet animera son premier congrès comme président de l’association des maires.
    Jean-Marc Calvet animera son premier congrès comme président de l’association des maires. Centre Presse - Philippe Henry
Publié le , mis à jour

Jean-Marc Calvet, président de l’association des maires de l’Aveyron, s’apprête à tenir le congrès de son association, dans sa commune, à Rignac ce jeudi 14 octobre. Le premier de la période post-Covid.
 

Ce jeudi à Rignac, les élus locaux du département ont rendez-vous à Rignac pour la 6e édition du congrès de l’association des maires (ADM) de l’Aveyron. Jean-Marc Calvet, son président, fait le point sur l’état d’esprit des élus alors que la crise sanitaire semble enfin se terminer.

Quel regard portez-vous sur cette première année de mandat à la tête de l’association des maires qui a été particulière pour les élus locaux ?

On est dans la crise sanitaire depuis mars 2020. On a tenu les élections parce qu’il le fallait et on a fait tout ce qui était statutaire, mais on ne s’est pas réuni depuis. Pour autant, au niveau de l’association des maires on a quand même beaucoup travaillé. On s’occupe de la formation, de l’information et du conseil juridique. Nous sommes sur un nouveau mandat et nous avons eu beaucoup de formations à faire. Les maires ont répondu présents. On a également eu des demandes de conseils pour l’application des mesures sanitaires. L’activité a finalement été soutenue.

Dans quel état d’esprit sont les maires de l’Aveyron ?

Le Covid s’éloigne et on n’en parle quasiment plus. On s’est habitué aux masques et au pass sanitaire, mais j’ai l’impression, en écoutant les maires, que le moral revient, comme il revient au niveau de la population.

La crise sanitaire a-t-elle gâché la première année de mandat des maires ?

Cela a été très difficile au début. De nombreux évènements de la vie des villages ont été supprimés. Mais globalement, quand on est maire, on oublie vite. On est dans le temps présent et les activités reviennent. Les équipes sportives rejouent, les salles des fêtes reprennent vie, les cafés et restaurants fonctionnent bien. On sent que la vie reprend. Il faut avoir la positive attitude. Il faut être conscients des difficultés, mais ça ne sert à rien de se lamenter sur la situation. On doit faire preuve d’un optimisme raisonné.

Dans ce département où la quasi-totalité des communes sont rurales, y a-t-il eu de la casse dans les commerces de proximité qui participaient au maillage du territoire ?

Globalement, je pense qu’on s’en sort pas trop mal. On a perdu des commerces, à Rignac en premier lieu où un restaurant a fermé, mais je ne pense pas que ce soit dû uniquement au Covid. En revanche la crise a accéléré des reconversions, c’est évident.

Quelles sont les préoccupations des maires actuellement ?

Le problème majeur actuel, c’est la problématique du manque de soignants dans nos établissements de santé, notamment dans nos Ehpad. On a des lits qui restent fermés car on manque de personnel. C’est pour moi le problème numéro un aujourd’hui et je ne vois pas de solution pour le résoudre vu le manque d’infirmières et d’aides-soignantes sur le terrain. Le problème dans les Ehpad est dramatique. Ensuite, les maires parlent aussi, à niveau moindre, des soucis de recrutement des entreprises du territoire. Dans un domaine plus administratif, les maires doivent aussi régulièrement faire face au manque d’outils pour répondre aux appels à projets qui nous sont présentés. Là, il faut savoir travailler en groupe, avec la communauté de communes, utiliser aussi les PETR ou les PNR qui fonctionnent bien pour aider les élus.

En 2020, il y a eu de nombreux nouveaux maires. Ont-ils eu besoin d’un accompagnement spécifique ?

Ils ont besoin de conseils. Et je note qu’il y a une fraternité au sein du collège des maires de l’Aveyron. Un nouvel élu ne doit pas s’isoler. Quand il démarre, il peut compter sur les conseils de ses pairs. Ce congrès est aussi l’occasion de se retrouver et d’échanger. On a prévu un buffet pour éviter de faire un repas pendant deux heures à côté de voisins qu’on connaît bien. Là, cela facilitera les échanges entre les élus, mais aussi la préfète, les parlementaires, le président du conseil départemental…

Arnaud Viala est l’invité d’honneur de ce congrès. Il y a eu, après les élections départementales, un changement de projet au sein de l’institution. Quelles conséquences cela a sur les communes ?

Arnaud Viala va venir présenter son projet aux maires. Je comprends qu’il veut travailler avec les communes et les communautés de communes. J’étais avec lui à Paris la semaine dernière et je l’ai entendu insister sur sa volonté que les Aveyronnais se retrouvent et travaillent ensemble. C’est nécessaire car nous avons un territoire difficile. Cela ne doit pas dire qu’il faut s’isoler. On doit travailler avec la Région et l’État.

Justement, les élections de 2021 ont fait paraître un paradoxe aveyronnais. Les électeurs ont renforcé la majorité départementale de droite, mais ont également plébiscité Carole Delga (PS) lors des régionales. Êtes-vous inquiet qu’il puisse y avoir des difficultés d’échanges entre ces deux institutions et des répercussions sur les projets du territoire ?

Le département de l’Aveyron a toute sa place dans l’Occitanie. Il faut une volonté de la part de nos présidents respectifs d’avancer. Tous les deux ont été plébiscités en Aveyron, mais je ne pense pas que ce soit un paradoxe. Ce sont deux personnalités fortes qui connaissent bien leur sujet. Il faudra dépasser les idéologies et travailler ensemble. Il faut dépolitiser les sujets.

Une très grande majorité des maires de l’Aveyron seront présents

Sur les 285 communes de l’Aveyron, environ 250 personnes se sont inscrites pour participer à ce 6e congrès des maires de l’Aveyron. Au programme, l’assemblée générale de l’association, avec la présentation des activités par sa directrice générale, Magali Bessaou, directrice de la structure et la validation des comptes.

Ensuite, une intervention du colonel Fagard, responsable de la brigade aveyronnaise est prévue. Il viendra détailler le dispositif de sécurité mis en place pour la gestion des évènements, avec trois équipes déployées sur l’Aveyron, qui sont toujours à moins de 45 minutes d’un lieu de rassemblement pour pouvoir intervenir si besoin. Anne-Marie Escoffier, ancienne ministre, mais aussi préfète de l’Aveyron et désormais présidente de l’Association des amis de la gendarmerie viendra présenter sa structure.

Jean-Marc Calvet fera ensuite une intervention sur sa vision des défis aveyronnais, suivi par Arnaud Viala, qui détaillera son projet pour le département. C’est à Valérie Michel-Moreaux, l’actuelle préfète, que reviendra le soin de clore ce congrès.

Les élus seront ensuite invités à faire un passage sur le salon des maires, installé dans la salle des fêtes de Rignac, où une trentaine d’exposants, principalement des entreprises privées et des associations qui sont en relation fréquentes avec les collectivités (banques, télécoms…) seront présents.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Voir les commentaires
L'immobilier à Rignac

86500 €

Maison de Ville de Type 4 d'une surface de 80m² environ. La maison se situe[...]

117700 €

A proximité du centre du village, beau T3 duplex de 2007 avec jardinet clos[...]

139000 €

MAISON de VACANCES, GÎTE ou PREMIER ACHAT ? Découvrez cette maison en PIERR[...]

Toutes les annonces immobilières de Rignac
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?