La Primaube : au "bord de l'implosion", Chat libre 12 doit refuser "50 chatons chaque semaine"

  • Chaque dimanche de 15 heures à 17 heures, Chat libre ouvre son refuge de La Primaube pour trouver des foyers pour ses (trop) nombreux pensionnaires.
    Chaque dimanche de 15 heures à 17 heures, Chat libre ouvre son refuge de La Primaube pour trouver des foyers pour ses (trop) nombreux pensionnaires. CP
  • Chaque dimanche de 15 heures à 17 heures, Chat libre ouvre son refuge de La Primaube pour trouver des foyers pour ses (trop) nombreux pensionnaires.
    Chaque dimanche de 15 heures à 17 heures, Chat libre ouvre son refuge de La Primaube pour trouver des foyers pour ses (trop) nombreux pensionnaires.
Publié le

Comme elle l'avait déjà fait il y a quelques mois, l'association monte à nouveau au créneau face à un déluge de naissances, conséquences vraisemblables du confinement et de la mise à l'arrêt des stérilisations d'animaux.

"L'enfer", un refuge "au bord de l'implosion" et des familles d'accueil "à saturation"... l'heure est grave pour l'association Chat libre 12 et ses bénévoles, qui font face depuis quelques semaines à une situation inédite autant que "catastrophique", comme ajoute la présidente Séverine Mouysset. 

"Chaque semaine, je suis obligée de refuser une cinquantaine de chats, que nous devons laisser à la rue", explique-t-elle, désabusée. Actuellement, Chat libre a la charge de quelque 150 chats, dont 120 sont recueillis, temporairement, au domicile d'une trentaine de familles d'accueil. La présidente, par exemple, est contrainte d'en accueillir une vingtaine chez elle.

Une croissance exponentielle 

"Nous lançons un appel, nous avons besoin de familles d'accueil, proches de Rodez et disposant d'une voiture", explique Séverine Mouysset. Tous les jours, l'association reçoit des sollicitations concernant des chatons de 2 ou 3 mois, "sociables", ce qui démontre  qu'ils ont été abandonnés en pleine nature. "Des petits post-confinement", explique-t-elle, issus d'animaux non stérilisés du fait de la mise à l'arrêt de ces opérations.

Chaque femelle pouvant avoir jusqu'à trois portées par an, donnant naissance à 4 ou 5 chatons, la croissance de la population devient rapidement exponentielle. L'occasion pour Séverine Mouysset de souligner à nouveau l'aspect incontournable de la stérilisation pour endiguer la surpopulation qui s'annonce. "Nous avons aussi besoin de dons, matériels ou financiers, pour les soins et la nourriture de ces 150 chats", poursuit-elle.

Samedi 6 novembre, une trentaine de ces chats seront proposés à l'adoption au magasin RAGT de la Gineste, à Rodez. En parallèle, chaque dimanche de 15 heures à 17 heures, c'est dans son refuge de La Primaube (263 bis avenue de Rodez) que Chat libre tente de trouver des foyers pour ses (trop) nombreux pensionnaires avant que l'hiver ne s'installe. 

Contact au 07 80 60 23 03 ou sur Facebook
Xavier Buisson
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

230 €

Proche centre-ville, studio non meublé de 15m² situé en rez-de-chaussée. Ki[...]

379 €

LOCATION APPARTEMENT SANS FRAIS D AGENCE - T1Bis avec très belle vue proche[...]

275 €

RODEZ - STUDIO récent dans un immeuble de standing en coeur de ville compre[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?